BFMTV

Les aveux de Jonathann Daval sont "extrêmement courageux", estiment ses avocats

Maîtres Samuel Esteve, Randall Schwerdorffer et Ornella Spatafora.

Maîtres Samuel Esteve, Randall Schwerdorffer et Ornella Spatafora. - BFMTV

La reconstitution de la scène de crime organisée ce lundi matin en Haute-Saône a permis d'éclaircir les dernières zones d'ombre qui persistaient dans l'affaire Daval. Pour les avocats de Jonathann Daval, ce dernier a été "extrêmement courageux. Il a affronté la vérité devant ses beaux-parents". Son procès devrait s'ouvrir en 2020.

Lors de la reconstitution qui a duré sept heures ce lundi matin, Jonathann Daval a admis avoir "frappé le visage de sa femme contre un mur en béton" et lui avoir porté "entre 5 et 10 coups de poing au niveau du visage" avant de l'étrangler "pendant environ 4 minutes" la nuit du 28 octobre 2017. Il a également reconnu avoir "procédé à la crémation du corps".

Des aveux qui lèvent les dernières zones d'ombre qui planaient sur ce dossier. Devant la presse, les trois avocats de Jonathann Daval ont félicité leur client de ne pas avoir "persisté dans les mensonges".

  • "Dans l’émotion, sa parole s’est libérée"

"C’était un des derniers blocages concernant le déroulement de tous les faits de cette terrible affaire", a réagi Samuel Esteve, l'un des trois avocats de Jonathann Daval, lors d'une conférence de presse ce lundi après-midi. Il explique que lors de la constitution, Jonathan Daval a été conduit à l'endroit où le corps d'Alexia avait été déposé le soir du meurtre.

"Il a pleuré, les parents d’Alexia aussi, c'était un moment très compliqué pour tout le monde mais Jonathann a réussi à surpasser l’émotion pour réellement collaborer", poursuit Me Ornella Spatafora.

"En présence de ses beaux-parents, il était dans son intérêt de ne pas persister dans des mensonges qui n’avaient aucun sens", ajoute Me Samuel Esteve qui précise que leur client leur a paru "soulagé" après ses aveux. "Ce blocage le minait."

"L'intervention de la mère d'Alexia a été primordiale", a précisé un peu plus tard au micro de BFMTV Me Randall Schwerdorffer qui a estimé que le comportement de Jonathann Daval ce lundi avait été "extrêmement courageux". 

"Dans l’émotion, sa parole s’est libérée. Il voulait donner aux parents d’Alexia ce qu’ils attendent. Il a immédiatement participé à la reconstitution en répondant très spontanément aux questions du magistrat. Le problème n'était pas la reconnaissance des violences mais le poids des mots. Aujourd'hui, Jonathann n’a manipulé personne. Raconter ce qui s'est vraiment passé a été très dur, tout le monde l’en a remercié. Jonathann a soulagé la famille d’Alexia et la sienne", a-t-il précisé en conféresse de presse.
Elan de "rage narcissique"

La reconstitution a permis de comprendre que Jonathann Daval avait agi dans un élan de "rage narcissique, c'est-à-dire un acte instantané et sans préméditation", a commenté Me Randall Schwerdorffer. Reste désormais à savoir comment cette rage s'est manifestée et pourquoi.

Son conseil précise toutefois qu'il "faut y aller doucement avec Jonathann. Aujourd'hui, cette première étape est extrêmement importante. Nous pensons qu’il se livrera plus facilement avec des gens éduqués à la psychologie qui sauront analyser les conditions dans lesquelles il est passé à l’acte. Pour l’instant on ne peut pas l’expliquer et lui non plus. Il faut accepter que certaines choses ne soient pas instantanées. Il y aura un procès où toute la vérité sera dite sur la réalité de leur couple, les raisons du passage à l’acte et les conditions de la crémation".
Aucune complicité envisagée dans le meurtre d’Alexia

A ce stade, un élément fondamental a pu être vérifié: Jonathann Daval a agi seul. "Ses gestes lors de la reconstitution nous l’ont prouvé. Il est parvenu à faire seul tout ce qu’on lui reproche, cela exclut toute complicité", a affirmé Randall Schwerdorffer.

Jonathann pourra être défendu "convenablement" devant la Cour d’assises

Le procès de Jonathann Daval devrait s'ouvrir au "deuxième semestre 2020", a précisé ce matin le procureur de Besançon, Etienne Manteaux. Les audiences promettent d'être "extrêmement lourdes à gérer émotionnellement", a prévenu Me Randall Schwerdorffer qui se réjouit de l'avancée de la procédure grâce aux aveux de ce lundi matin. Et d'ajouter: "Ces aveux vont permettre de construire de manière plus constructive la défense."

"Pour être crédible devant la Cour d’assises, encore fallait-il mettre fin aux mensonges, la défense n'est pas là pour tronquer la vérité. Maintenant Jonathann Daval va pouvoir être défendu convenablement", a estimé Randall Schwerdorffer. 

Pour l'heure, les trois conseils ont affirmé ne pas savoir ce qu'ils plaideraient pour la défense de leur client. "Avait-il l'intention de donner la mort à sa femme ou sommes-nous sur un cas de violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner? Au vu des éléments du dossier, le débat est permis", établit Me Randall Schwerdorffer.

Ambre Lepoivre