BFMTV

Le syndicat de police Alliance appelle à bloquer tous les commissariats à partir de mercredi

Le syndicat Alliance appelle à une "journée noire pour la police" ce 19 décembre afin d'obtenir de meilleures conditions de travail et de rémunération. Le syndicat UNSA Police demandait à être reçu par le chef de l'Etat, il sera finalement reçu par Christophe Castaner ce mardi.

Selon nos informations, le syndicat de police Alliance appelle ce lundi à bloquer tous les commissariats de France à partir de mercredi.

Sur Twitter et Facebook, le syndicat appelle à "l'acte 1" de la mobilisation policière et à une "journée noire pour la police" ce mercredi 19 décembre. 

"Les policiers sont conviés à rester dans les services"

"Ce jeudi 20 décembre, l’Assemblée devrait adopter le budget 2019 pour les forces de sécurité et en particulier celui de la police. Ce budget subit une baisse de 62 millions d’euros sur l’investissement dans la Police Nationale, ce qui engendrera une fois de plus une dégradation de nos conditions de travail", écrit Alliance dans un communiqué. 

"Malgré nos appels répétés au Président de la République, d’annoncer un plan d’urgence pour les forces de sécurité, à ce jour rien n’est encore annoncé", poursuit le syndicat policier avant d'appeler "tous les policiers de France" à ne "sortir que sur appel le mercredi 19 décembre". "Pour cette première journée d’action, les policiers sont conviés à rester dans les services et à ne répondre qu’aux appels d’urgence", précise le texte.

Les policiers "à bout"

"Si un effort conséquent n’était pas fourni dès le 1er janvier 2019 et si le Président de la République n’annonce pas rapidement un plan 'Marshall' pour la police nationale, d’autres types d’actions seraient alors mises en œuvre", avertit le communiqué. 

La mobilisation des "gilets jaunes" depuis le 17 novembre puis l'attentat survenu à Strasbourg mardi dernier, ont soumis les forces de l'ordre à une intense activité opérationnelle. Un autre syndicat Unité-SGP-FO a également déploré ce lundi des "policiers à bout" et a appelé à "l'acte 1 de la colère des forces de l'ordre".

L'UNSA Police reçu par Castaner mardi soir

De son côté, le syndicat de police UNSA devrait être reçu par Emmanuel Macron, après avoir demandé un rendez-vous "pour lui porter les légitimes revendications de tous les policiers". 

"Dans l'attente de cette rencontre, l'UNSA Police avait dit lancer le service minimum - opération 100 % prévention à partir du mardi 18 décembre 2018. A défaut, l'UNSA Police s'engagera dans d'autres actions. Les ronds-points ne sont pas réservés qu' aux seuls gilets jaunes", avait aussi prévenu le syndicat. 

Dans un tweet, Christophe Castaner a répondu dans la soirée qu'il "rencontrerait à partir de demain soir (mardi) les représentants de la police nationale (...) dans un esprit de dialogue et de confiance mutuelle".

Un rendez-vous confirmé par le secrétaire général de l'UNSA Police Philippe Capon lundi soir sur notre antenne, qui a néanmoins rétorqué: "le ministre nous a effectivement entendu, mais ce rendez-vous n'était pas prévu, il a été prévu un peu en catastrophe".

Sarah-Lou Cohen avec A.S.