BFMTV

Le fondateur de PIP reconnait avoir fraudé

-

- - -

Jean-Claude Mas, fondateur de la société d'implants mammaires PIP, a déclaré en octobre aux gendarmes avoir utilisé des prothèses non homologuées en toute connaissance de cause et "parce que le gel était moins cher". Selon lui, les clientes qui portent plainte sont motivées par l'argent.

Jean-Claude Mas assume tout. Lors de sa dernière déposition devant les enquêteurs au mois d'octobre, le fondateur de la société PIP a affirmé avoir utilisé en toute connaissance de cause un gel non-homologué pour la fabrication d'implants mammaires, dont 30.000 patientes ont été dotées: "Je savais que ce gel n'était pas homologué, mais je l'ai sciemment fait car le gel PIP était moins cher (...) et de bien meilleure qualité", dit-il.

"Augmenter sensiblement la rentabilité de l'entreprise"

Toujours selon lui, "l'unique motivation était d'augmenter sensiblement la rentabilité de l'entreprise". Un autre responsable de PIP a pour sa part déclaré aux gendarmes que le gel Nusil - un autre composant utilisé à hauteur de 25% seulement dans les prothèses mammaires - avait un prix d'achat largement supérieur à celui choisi par PIP. Par ailleurs, Jean-Claude Mas - qui estime sa rémunération de l'époque à 30.000 euros par mois - affirme que ses prothèses ne présentaient "aucun risque pour la santé" et estime que les clientes qui ont porté plainte étaient "des personnes fragiles ou qui font ça pour le fric".