BFMTV

Le défilé des Bleus sur les Champs-Elysées a duré 12 minutes

De nombreux supporters se sont plaint de la rapidité avec laquelle le bus des Bleus a descendu les Champs-Elysées

De nombreux supporters se sont plaint de la rapidité avec laquelle le bus des Bleus a descendu les Champs-Elysées - AFP

Quelque 300.000 personnes se sont rassemblées lundi après-midi sur les Champs-Elysées pour accueillir les Bleus. Un défilé qui n'aura duré que 12 minutes en raison, notamment, du retard pris à l'arrivée de l'équipe de France.

En 1998, l'instant magique avait duré 4 heures. Vingt ans plus tard, la foule rassemblée sur les Champs-Elysées pour assister à la descente en bus des Bleus champions du monde n'aura eu le droit qu'à une poignée de minutes. Trop peu parfois pour immortaliser le moment comme se sont plaints de nombreux supporters. Pour effectuer, les 1,3 kilomètres qui séparent la place de l'Etoile du Rond-point des Champs-Elysées, le bus de l'équipe de France a mis 12 minutes, indique la préfecture de police de Paris.

La question est désormais dans toutes les têtes au lendemain de ce rendez-vous populaire éphémère. Pourquoi avoir fait rouler le bus de l'équipe de France a une allure de 6,5 km/h, soit un peu plus que pour de la marche rapide? Pourquoi ne pas avoir observé des arrêts sur le parcours afin que la foule réunie puisse espérer apercevoir l'une de ses idoles ou le trophée? Côté autorités, on explique que du retard avait été pris sur l'emploi du temps des footballeurs attendus à l'Elysée par le président Emmanuel Macron et 1.300 enfants de clubs de football de la région parisienne.

Un retard sur l'emploi du temps

Dans le programme initial, les Bleus devaient entamer leur descente des Champs-Elysées vers 17 heures. Problème, l'avion qui les ramenait de Moscou a pris du retard et a atterri à l'aéroport parisien de Roissy à 17 heures. L'équipe de France n'a alors quitté l'aéroport que vers 18h20 pour atteindre la place de l'Etoile à 19h10. Un début de parade à 19h15 pour une arrivée devant l'Elysée à 19h27, obligeant les policiers qui encadraient le bus a quasiment courir. Entre temps, les personnels de secours ont pris en charge 271 personnes victimes de malaise, le plus souvent liés à la chaleur de ce 16 juillet.

Par ailleurs, le bus des Bleus était séparé des 300.000 supporters qui avaient fait le déplacement lundi par des barrières. D'un côté la foule, de l'autre le couloir réservé aux champions du monde. Le dispositif de sécurité, qui englobait la présence de 2.000 policiers et gendarmes, a été décidé par les autorités afin de, explique-t-on, garantir la sécurité des joueurs mais aussi celle du public. 

Le Crillon jamais envisagé par la préfecture

Un autre couac est venu émailler la soirée: l'attente des supporters devant l'hôtel du Crillon. L'hypothèse d'une soirée dans le palace de la place de la Concorde avait été avancée le dimanche. Alors des centaines de fans se sont rassemblés devant l'établissement lundi soir espérant apercevoir un joueur. En vain, les Bleus ont dîné à l'Elysée. Seuls certains ont passé la nuit au Crillon. A la préfecture, on explique qu'à aucun moment l'hypothèse d’une présentation des joueurs et du trophée au palace n'avait été envisagée.

Les supporters pourront toujours se satisfaire d'une chose: les Bleus ont apprécié ces instants. "C’est passé vite quand même. Je pense que c’était pour des raisons de sécurité. On ne pouvait peut-être pas faire comme il y a vingt ans. Là, les gens étaient à distance mais on a senti la ferveur, l’engouement, l’euphorie autour de cette coupe", confiait à BFMTV et RMC l'attaquant Olivier Giroud.

Justine Chevalier avec Mélanie Vecchio