BFMTV

Le corps de Steve Maia Caniço identifié: et maintenant que va-t-il se passer?

Le corps de Steve Maia Caniço a été repêché lundi dans la Loire.

Le corps de Steve Maia Caniço a été repêché lundi dans la Loire. - AFP

Le Premier ministre s'est s'exprimé ce mardi après-midi après que l'Inspection générale de la police nationale lui ait rendu son rapport d'enquête administrative sur la disparition de Steve Maia Caniço.

L'autopsie du corps découvert dans la Loire lundi a rendu ses premières conclusions. Il s'agit bien de Steve Maia Caniço, ce jeune homme porté disparu depuis le soir de la Fête de la musique à Nantes. Sa dépouille a été repérée par une navette fluviale et repêchée par les pompiers au niveau du quai Ferrand non loin du quai Wilson, dernier endroit où le jeune animateur de 24 ans a été vu dans la nuit du 21 au 22 juin dernier.

Si l'identité de Steve Maia Caniço est désormais confirmée, l'autopsie, qui a débuté vers 10h30, devra déterminer les causes de la mort du jeune homme. Les proches de l'animateur, qui participaient à une soirée électro sur les quais de la Loire, sont persuadés qu'il est tombé à l'eau après une opération policière controversée.

Le corps présente-t-il des ecchymoses? Les poumons du jeune homme sont-ils remplis d'eau, signe d'une noyade? Les analyses toxicologiques devront également déterminer si Steve Maia Caniço avait consommé de l'alcool ou des stupéfiants. Mais l'état de décomposition du corps pourrait rendre difficiles voire impossibles ces analyses.

"Éventuelles responsabilités pénales"

Ce mardi matin, avant même que les résultats de l'autopsie ne soient rendus public, le procureur de Nantes Pierre Sennes avait annoncé l'ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire", à la suite de celle pour "disparition inquiétante". "Ce cadre procédural permettra aux deux magistrats instructeurs qui seront saisis de poursuivre les investigations en les autorisant notamment à rechercher d'éventuelles responsabilités pénales", a écrit dans un communiqué Pierre Sennes. Elle sera plus longue et permettra de réaliser de nouveaux actes d'enquête comme de nouvelles auditions, par exemple.

L'ouverture d'une information judiciaire pour "homicide involontaire" permet d'établir un large spectre de pistes. Steve Maia Caniço a disparu après une opération policière pour mettre un terme à une soirée électro alors que les participants avaient décidé de jouer les prolongations. Les policiers avaient répliqué par une trentaine de tirs de grenades lacrymogènes et de grenades de désencerclement après avoir été la cible de jets de bouteilles et de projectiles. Il y avait eu une bousculade, un mouvement de foule et plusieurs personnes étaient tombées à l'eau. Pour l'heure, on ne sait pas à quel moment l'animateur est tombé dans la Loire, ni dans quelles circonstances.

Dans une vidéo révélée par Libération, on entend dans la foule des gens crier aux policiers: "Y'a des mecs dans la Loire!".

Plusieurs enquêtes

La chute de Steve Maia Caniço a-t-elle été causée par l'intervention policière? L'opération ne s'est-elle pas déroulée selon les règles? L'enquête administrative menée par l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) est désormais terminée et les conclusions ont été remises au ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner. Un syndicat de police Unité SGP Police avait critiqué le commissaire de police à la tête de l'opération estimant qu'il avait "fait une faute grave de discernement". Mais le Premier ministre a indiqué ce mardi que l'enquête n'avait pas permis d'établir de liens "à ce stade" entre l'opération policière et la disparition du jeune homme.

L'information judiciaire ouverte va également permettre aux juges d'instruction d'établir si d'autres acteurs ont des responsabilités. On peut penser au préfet de Loire-Atlantique ou aux services de la mairie qui ont donné l'autorisation aux organisateurs de faire cette soirée en bordure de la Loire. Outre l'enquête judiciaire toujours en cours, une autre enquête est lancée par le Premier ministre, cette fois auprès de l'Inspection générale de l'administration, en charge notamment d'audit de service, car selon Edouard Philippe "l'enchaînement des faits restent confus". Le rapport est attendu sous un mois.

Parallèlement, 89 participants à la soirée de la Fête de la musique avaient porté plainte pour "mise en danger de la vie d'autrui" et "violences volontaires par personnes dépositaires de l'autorité publique". Le rapport de l'IGPN, cité par Édouard Philipe ce mardi, n'a pas établit de "lien entre l'intervention de la police et disparition du jeune homme" de 24 ans, bien qu'"il mette en évidence des interrogations sur la préparation de cet événement. À l'issue du travail de la police nationale, des questions restent donc posées (...) Plus de 5 semaines après les faits, le déroulement de cette soirée reste confus et je ne peux évidemment pas m'en satisfaire".

À ces enquêtes s'ajoute également les investigations du Défenseur des droits qui s'est auto-saisi dans cette affaire.

Justine Chevalier