BFMTV

La soprano Monique Borelli meurt poignardée par son fils

Véhicule de police (illustration)

Véhicule de police (illustration) - GERARD JULIEN / AFP

Monique Borelli, chanteuse lyrique de 59 ans, poignardée par son fils à leur domicile près d'Aix-en-Provence, a succombé à ses blessures dans la nuit de mardi à mercredi.

La chanteuse lyrique Monique Borelli est morte, poignardée par son fils, dans la nuit de mardi à mercredi, selon les informations de France Bleu, confirmée par BFMTV. Monique Borelli, son mari et leur fils âgé de 18 ans se trouvaient à leur domicile de Châteauneuf-le-Rouge, près d'Aix-en-Provence, lundi soir lorsqu'une dispute a éclaté. Le fils du couple s'est alors emparé d'un couteau, qu'il a tenté d'utiliser contre son père, parvenant à lui asséner de nombreux coups de poing et de pied.

Blessé, le mari de Monique Borelli est alors sorti du domicile familial pour chercher de l'aide. Le jeune homme a alors poignardé sa mère à plusieurs reprises, au niveau du coeur. Transférée dans un hôpital de Marseille, elle a succombé à ses blessures dans la nuit de mardi à mercredi. 

Santé mentale

Une information judiciaire a été ouverte par le parquet d'Aix. Le fils a été mis en examen et écroué. Le fils de Monique Borelli a déjà vu des experts psychiatres pendant sa garde à vue et la question de sa santé mentale sera centrale lors de l'enquête.

Alternant les concerts de musique baroque et les prestations sur les scènes lyriques, la soprano avait interprété à de nombreuses reprises le Requiem de Fauré, des messes de Haydn, le Stabat Mater de Pergolesi mais aussi des rôle d'opéra dans Hansel et Gretel de Humperdinck, Les Contes d'Hoffman d'Offenbach ou la Flûte Enchantée de Mozart, selon le site de l'association Opéra et Musique.

Justine Chevalier et Magali Rangin