BFMTV

L'avocat des parents de Maëlys adresse une lettre ouverte à la défense de Nordahl Lelandais

Fabien Rajon. (Photo d'illustration)

Fabien Rajon. (Photo d'illustration) - BFMTV

Fabien Rajon, avocat des parents de Maëlys, a publié une tribune ce jeudi sur le site du Parisien. Il dénonce "la prise d'otages" dont sont victimes selon lui les parents de Maëlys et demande à la défense de Nordahl Lelandais de dissiper des "ambiguïtés".

Ces derniers jours, le mystère planant autour de la disparition de Maëlys de Araujo enlevée lors d'une fête de mariage à Pont-de-Beauvoisin, dans la nuit du 27 août, s'est alourdi d'un volet supplémentaire. Le suspect, Nordahl Lelandais, est désormais soupçonné d'avoir tué un militaire, Arthur Noyer, disparu en avril dernier. C'est dans ce contexte que, ce jeudi, l'avocat des parents de Maëlys, maître Fabien Rajon, a publié une tribune sur le site du Parisien. Dans ce texte, il s'abstient de mentionner ce dernier rebondissement de l'enquête et se concentre sur le dossier de la disparition de la petite fille. Evoquant une épreuve, "sans égal dans notre histoire criminelle contemporaine", pour ses clients, il s'empresse de préciser que ceux-ci entendent respecter la présomption d'innocence à l'égard du suspect. 

"Une insupportable double peine"

Il relève ensuite que l'horreur de la situation se heurtant aux dénégations de Nordahl Lelandais face au faisceau d'indices troublants pesant sur lui construit une "insupportable double peine pour les parents de Maëlys qui doivent subir l’enlèvement de leur fille, auquel s’ajoute aujourd’hui une prise d’otage consistant à ne pas révéler ce qu’il est advenu de l’enfant".

Le conseil de la famille s'adresse alors ouvertement à la défense du suspect. Selon lui, celle-ci est ambiguë dans son attitude devant la version de Nordahl Lelandais qui rejette les faits qui lui sont reprochés:

"Dans ce cas, pourquoi la défense n’a elle pas estimé opportun de relever appel de sa détention provisoire ou de solliciter son placement sous contrôle judiciaire, voire une remise en liberté pure et simple?"

Il s'étonne d'une déclaration précise: "La défense s’est abstenue d’invoquer l’innocence du mis en cause et elle concède mezza voce' qu’il (lui) reviendra de s’expliquer sur un certain nombre de points'".

Des "ambiguïtés à lever" selon Fabien Rajon 

Enfin, maître Fabien Rajon demande à ses confrères de s'expliquer quant aux contestations qu'ils ont émises à la suite d'une conférence de presse du procureur de la République de Grenoble le 30 novembre dernier. Sur BFMTV, Alain Jakubowicz, l'avocat de Nordhal Lelandais avait alors suggéré un autre horaire pour la disparition et assuré que sur les images de vidéosurveillance prises de la voiture du suspect le soir du drame, la silhouette aperçue aux côtés de ce dernier était celle d'une jeune femme à la robe décolletée et non d'une petite fille: "Qui serait donc cette prétendue passagère adulte au 'décolleté de femme', évoquée par le conseil du mis en cause?" lance Fabien Rajon. 

Celui-ci argue: "Soit la défense est bel et bien convaincue de l’innocence du mis en examen et il est de son devoir de maintenir ses dénégations, soit la version du suspect lui semble effectivement intenable et il nous semble nécessaire de faire cesser l’attente imposée chaque jour à mes clients, quant au sort qui a été réservé à leur fille." Il demande par conséquent à la défense de Nordahl Lelandais de "lever ses quelques ambiguïtés". 

Robin Verner