French economist and President of the Foundation Planet Positive Jacques Attali delivers a speech during a meeting called "Assises du Produire en France" to promote the increased production of, and reliance on domestic produce in Reims, on September 9, 2016. 
FRANCOIS NASCIMBENI / AFP
 

Gérard Filoche a posté vendredi un montage représentant Emmanuel Macron avec un brassard nazi, entouré de Jacques Attali, Patrick Drahi et Jacob Rotschild sur fond de drapeaux américain et israélien. L'économiste va porter plainte.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

3 opinions
  • danbas84
    danbas84     

    Comme c'est drôle et trèscocasse ....
    Attali (nullement concerné par l'affaire) qui porte plainte pour une autre qui lui n'a pas porté plainte

    Pauvre sociétè

    YesWeekEnd
    YesWeekEnd      (réponse à danbas84)

    D'une vous n'avez visiblement pas lu l'article et, seconde, vous n'êtes pas très observateur (un indice, regardez donc le second plan de la fameuse "affiche" du tweet)

  • SuperPlus
    SuperPlus     

    4eme fois... merci la censure qui a le dant dure...
    Pourquoi porte-t-il plainte ? pour le proverbial €1 autrement dit pour l’honneur ou pour faire du fric ? Mais la question est sans doute obsolète…

  • beaudolo
    beaudolo     

    Qui est Filoche : un instable !
    Après avoir obtenu une licence et un certificat de maîtrise de philosophie à Rouen en 1968, il est successivement moniteur, facteur, conducteur de train, manutentionnaire, chauffeur-livreur, maître-auxiliaire, enseignant de philosophie, journaliste, un des dirigeants du quotidien Rouge du 15 mars 1975 au 29 janvier 1979, ouvrier du livre, puis contrôleur du travail à la formation professionnelle de 1982 à 1985. Nommé inspecteur du travail pour ses 40 ans en 1985, il exerce ses fonctions d'abord dans l'agriculture en Champagne-Ardenne de 1987 à 1989, ensuite à Paris, 3e arrondissement de mars 1989 à avril 2003 et enfin, 2e arrondissement jusqu'à sa retraite en décembre 2010.
    Enfin, il a été nommé « personnalité qualifiée » de 1999 à 2001 au Conseil économique et social par Lionel Jospin, où il fit adopter un « avis » sur les « 20 ans de CHSCT ».
    Ah qu’est-ce qu’on est bien dans la politique quand on ne sait rien faire !

    Ah qu’il est confortable d’avoir des amis en politique, et être de gauche quand on doit passer au tribunal !
    En 2007, il est menacé d’être mis en examen par le juge Yves Madre pour avoir menacé dans son activité professionnelle régulière un employeur de lui dresser un procès-verbal : le patron porte plainte pour « chantage ». Le juge interroge Gérard Filoche (en présence de son avocat) pendant cinq heures au Palais de justice de Paris, le vendredi 9 mars 2007, et renonce, finalement, à le mettre en examen.
    À la fin de l'année 2009, Gérard Filoche est mis en examen puis renvoyé en correctionnelle pour chantage puis entrave au fonctionnement du comité d'entreprise de Guinot - Mary Cohr4 à l'été 2004. Lors de la séance du comité d'entreprise statuant sur le licenciement d'une déléguée syndicale CGT, Gérard Filoche aurait imposé sa présence et exercé des pressions sur les membres du comité d'entreprise.
    Dans cette même affaire, le comité d'entreprise donna un avis indicatif favorable au licenciement de la déléguée syndicale, Gérard Filoche refusa de donner l'autorisation de licenciement, le ministère du Travail cassa cette décision, puis le tribunal administratif confirma la légitimité de la décision de Gérard Filoche contre l'avis du directeur général du travail, Jean-Denis Combrexelle. Le 12 octobre 2011, il est relaxé en première instance par le tribunal correctionnel de Paris. L'institut de beauté ayant fait appel du jugement, le 3 juillet 2012 la Cour d’appel du TGI de Paris, après huit ans de procédures, juge irrecevable la plainte attribuée au CE Guinot. L'administration, qui la lui avait refusée, finit par lui accorder la « protection fonctionnelle » dans cette affaire le 26 juillet 2012.

Votre réponse
Postez un commentaire