BFMTV

Incendie à Villeurbanne: "pas d'éléments dangereux", selon la préfète déléguée à la sécurité

Un important dégagement de fumée noire était visible à des kilomètres ce mardi matin après l'incendie d'un bâtiment à Villeurbanne qui a mobilisé d'importants moyens.

Une fumée noire impressionnante mais pas de danger particulier. L'impressionnant dégagement de fumée provoqué par l'incendie d'un bâtiment abritant plusieurs entreprises à Villeurbanne ne présente pas de risque, selon la préfecture. 

"Des premières analyses ont été faites, comme c'est le cas habituellement, et il n'y a pas d'éléments amenant à s'inquiéter sur la nature des produits qui ont brûlé", a déclaré au micro de BFMTV Emmanuelle Dubée, préfète déléguée pour la défense et la sécurité dans le département du Rhône. 

Pas de confinement

Au-delà des images spectaculaires du panache de fumée noire, des inquiétudes subsistaient, notamment à cause de la présence d'une entreprise fabriquant des batteries pour des vélos. 

"On n'est pas sur un site Seveso (...). Nous sommes plutôt sur un ensemble de bureaux, avec une petite partie entrepôt et avec une petite production de batteries pour des vélos. Mais les éléments qui sont contenus dans les batteries de vélos ne se retrouvent pas dans les fumées qui ont émané", a assuré la préfète déléguée. 

Emmanuelle Dubée a par ailleurs assuré qu'il n'y avait pas de mesures particulières de confinement de la population à prendre, ni risques pour les personnes sensibles. "Dans le contenu de ce qui a été mesuré, il n'y a pas d'éléments dangereux", a-t-elle répété.

350 emplois touchés

L'incendie qui s'est déclaré tôt mardi matin a fini par être maîtrisé par les pompiers dans la matinée. "Il n'y a plus de risque pour l'environnement de ce site", a précisé la préfète déléguée.

Une centaine de sapeurs-pompiers et 30 engins ont été mobilisés pour lutter contre les flammes. Au total, la moitié de ce bâtiment de 10.000 m2, un ancien entrepôt reconverti en incubateur de start-up sur le site Bel Air Camp, a été détruite par les flammes. Près de 350 emplois et 80 entreprises sont touchés. 

Benjamin Rieth