Le salarié peu scrupuleux revendait ensuite le carburant volé ou le donnait en échange de services (photo d'illustration).
 

Lors de sa garde à vue, l’employé de 62 ans a avoué avoir volé du carburant dans son entreprise. Il siphonnait environ 1.000 litres tous les mois.

Votre opinion

Postez un commentaire