BFMTV

Grand débat: 23 arrêtés d'interdiction de manifester pris avant la venue d'Emmanuel Macron dans l'Eure

Le préfet de l'Eure a pris plusieurs arrêtés d'interdiction.

Le préfet de l'Eure a pris plusieurs arrêtés d'interdiction. - BFMTV

Des avocats ont déposé un référé-liberté pour faire suspendre ces arrêtés préfectoraux. Leur requête est étudiée ce mardi matin.

Un département sous haute sécurité. Avant la venue d'Emmanuel Macron à Grand Bourgtheroulde, dans l'Eure, pour lancer le grand débat national, la préfecture a pris 23 arrêtés d'interdiction de manifester. Deux avocats ont déposé lundi un référé-liberté pour faire suspendre ces arrêtés. Le tribunal administratif de Rouen va étudier cette procédure d'urgence à 11h30.

Ce mardi après-midi, le président de la République va se rendre à Grand Bourgtheroulde où il s'exprimera devant 600 maires normands à l'occasion du coup d'envoi du grand débat national qui doit répondre à la crise des gilets jaunes. Cette venue dans cette commune de l'Eure intervient deux jours après une nouvelle mobilisation. A Rouen, située à une trentaine de kilomètres de là, des affrontements se sont produits en marge de la manifestation qui a rassemblé 2.500 personnes.

A l'occasion de cette venue présidentielle, en plus des forces locales, 12 escadrons de gendarmerie mobile, d'une centaine de militaires chacun, sont mobilisés. Un arrêté préfectoral d'interdiction de manifester sur la commune est en application depuis lundi matin. Jusqu'à mercredi, la circulation sera interdite sur une grande partie de Grand Bourgtheroulde. Un arrêté préfectoral qui interdit la consommation d'alcool sur la voie publique est entré en vigueur lundi soir à 22 heures.

Sarah-Lou Cohen