BFMTV

Gironde: une dizaine de cygnes décapités retrouvés dans le Bassin d'Arcachon

Des cygnes et leurs petits sur un lac de Marignane, le 9 juin 2015.

Des cygnes et leurs petits sur un lac de Marignane, le 9 juin 2015. - Boris Horvat - AFP

Plusieurs cygnes décapités ont été retrouvés au cours de la semaine passée dans le Bassin d'Arcachon. Les animaux, sans doute victimes d'un geste humain, dérivaient le long du littoral et ont été aperçus par des riverains.

Au moins onze cygnes ont été retrouvés morts sur le littoral du Bassin d'Arcachon depuis le début du mois d'août. Les animaux, mutilés, ont été décapités à la base du cou et ont été aperçus alors qu'ils dérivaient sur l'eau. Une découverte qui a provoqué l'indignation des riverains et des associations de protection des animaux. 

C'est la responsable d'Ecocitoyens du Bassin d'Arcachon, qui, la première a relayé l'information sur la page Facebook de l'association, le lundi 8 août.

"Que ceux qui ont commis ce délit, quels qu'ils soient, sachent que nous n'hésiteront pas à aller devant les tribunaux car ces oiseaux sont protégés", s'indigne Josianne Giraudel, qui a partagé la photo d'un des cygnes suppliciés.

Une plainte va être déposée

Trois cadavres d'animaux ont d'abord été découverts au club nautique de la commune d'Andernos ce jour-là. Un moniteur de voile encadrait un cours en présence de plusieurs enfants lorsqu'il a aperçu les dépouilles.

"Les trois cygnes dérivaient sur l'eau sans doute en provenance du domaine de Saint-Brice, une zone protégée qui est le sanctuaire chaque été de plusieurs centaines de cygnes migrateurs. Je me suis dit que ce n'était pas normal. Un cygne décapité accidentellement par une hélice de bateau, on le voit, c'est déjà arrivé. Mais trois cygnes décapités à la base du cou, c'est clairement un geste humain bien évidemment", a témoigné le moniteur.

Deux jours plus tard, mercredi, cinq autres cadavres de cygnes ont été aperçus à Claouey, une commune de Lège-Cap-Ferrat, également située dans le Bassin, non loin d'Andernos. "Eux aussi, compte tenu des vents à ce moment-là, avaient dû dériver du domaine de Saint-Brice", d'après le moniteur de voile.

Jusqu'à 15.000 euros d'amende

Allain Bougrain-Dubourg, président de la Ligue de Protection des Oiseaux, a indiqué que l'association qu'il préside allait porter plainte. "Il est bien évident que l'on ne peut pas laisser passer une telle agression contre des oiseaux protégés qui par ailleurs ont subi des souffrances intolérables", a-t-il déclaré.

Pour le moment, aucune hypothèse n'est privilégiée pour expliquer ces actes. Interrogée par le journal Sud Ouest, Josianne Giraudel précise que la chasse au gibier d'eau a ouvert le 6 août, quelques jours avant la découverte des cadavres d'animaux. D'après elle, les cygnes peuvent perturber les chasseurs, en se posant sur les plans d'eau ou sur les cabanes de chasse. Le quotidien régional précise par ailleurs que les auteurs, s'ils sont identifiés, encourent jusqu'à 15.000 euros d'amende. 

C.V. avec AFP