BFMTV

Gabriel Matzneff: accusé de pédophilie, l’écrivain répond sur BFMTV

DOCUMENT BFMTV - Gabriel Matzneff est en Italie depuis la publication du livre Le Consentement, dans lequel Vanessa Springora l’accuse d'avoir profité de son jeune âge pour exercer sur elle une forme d'emprise et de viols quand elle était adolescente. Nous avons retrouvé et rencontré l'écrivain, désormais visé par une enquête pour viol sur mineur. Il a accepté de répondre à nos questions.

Dans un hôtel italien face à la mer, Gabriel Matzneff vit seul depuis un mois. Un anonyme parmi les retraités en vacances qui ne semblent pas le reconnaître. Il sort peu de sa chambre, et prend ses repas chaque jour à la même heure, à la même table, dans le salon de l'établissement.

Nous sommes allés à sa rencontre pour l’interroger. Deux entretiens, qui ont duré près de deux heures. Il a accepté qu’on le filme, à condition de ne pas montrer son visage. Il a également donné son accord pour que l’on diffuse des extraits de notre conversation, enregistrés avec un téléphone.

  • Sur le livre de Vanessa Springora: "Je n'ai pas envie de le lire"

À l’évocation de Vanessa Springora, qui l’accuse dans son livre Le Consentement d’avoir exercé une forme d'emprise sur elle et d'avoir entretenu une relation pédophile avec quand elle était adolescente, son regard change. "Je ne dirai jamais rien contre elle car c’est une personne lumineuse. Je n'ai pas envie de lire son livre, car je garde de merveilleux souvenirs."

"Nous avons vécu une durable et magnifique histoire d'amour", poursuit-il. "J’ai encore ses lettres de l’époque (écrites sous emprise, dit aujourd’hui Vanessa Springora, ndlr), et c'est ce beau souvenir que je veux conserver, et je ne veux pas le gâcher."

Dans ce livre publié en début d’année, déjà vendu à plus de 75.000 exemplaires, Vanessa Springora raconte comment elle a pensé aimer Gabriel Matzneff alors qu’elle n’avait que 14 ans et lui presque 50, avant de réaliser qu’elle avait été sous son emprise. Qu’elle n’était pas suffisamment âgée et, de fait, pas assez armée psychologiquement, pour pouvoir refuser ces relations sexuelles qui sont considérées par la loi comme des viols sur mineur.

"Il faut se replacer dans l’époque. De grands écrivains comme Roland Barthes ou Michel Foucault militaient pour l’abaissement de la majorité sexuelle", plaide sans énergie l’homme de 83 ans. 
  • Sur la pédophilie aux Philippines: "À l'époque, personne ne pensait à la loi"

Sur ses pratiques pédophiles du passé, aux Philippines, décrites dans ses livres, Gabriel Matzneff se réfugie là encore derrière l’époque - "C’était il y a plus de 40 ans !" - et minimise la gravité de ses actes. "On peut parfois faire des choses sans y penser. Je dois dire qu'à l'époque, personne ne pensait à la loi. Il n’y avait pas de loi. Vous étiez là comme voyageur et vous aviez des garçons et des filles jeunes qui vous draguaient et vous sautaient dessus, sous l’œil bienveillant de la police."

"C'était tout à fait regrettable", commente-t-il aujourd'hui. "Un touriste, un étranger, ne doit pas se comporter comme ça. On doit, adulte, détourner la tête, résister à la tentation. Naturellement je regrette, de même que si je fais quelque chose qui n'est pas bien, je le regrette." 

A-t-il conscience, a-t-il l’impression d’avoir commis des crimes? "Non pas du tout. Ecoutez, si on emploie ce mot crime, si c’est une définition juridique, je ne peux rien dire là-dessus, Mais enfin, ça m’apparaît, ce mot, crime… À l’époque, on parlait de détournement de mineur, d'incitation du mineur à la débauche, d'atteinte à la pudeur... Mais jamais personne ne parlait de crime!”, répond Gabriel Matzneff. 
  • Sur le ministre de la Culture: "L'État m'enfonce la tête dans l'eau"

Et quand on le questionne sur le ministre de la Culture Franck Riester qui souhaite lui retirer l’aide qu’il touche en tant qu’écrivain, il s’emporte. "En quelques semaines, je me sens détruit socialement. Quand le ministre de la Culture, dont la vocation est de protéger les écrivains, les peintres, les sculpteurs, les cinéastes, demande de supprimer que la petite aide que je reçois, qui paie une partie du loyer de mon studio..."

"L'État enfonce le clou pour m'enfoncer la tête dans l'eau", lance-t-il. "Que je me tue, que je me tue, c’est ça le piège! C'est vraiment l'Union Soviétique! Allez, Matzneff, au goulag. Je ne sais pas comment j'en tiens le coup.” 

Gabriel Matzneff menace d’interrompre notre conversation quand on commence à lui lire des extraits dans lesquels il fait l’apologie de viol sur mineur. "Maintenant on me rejette des phrases isolées de mes textes à la figure, je trouve ça vraiment hallucinant, tout mon travail d'écrivain, toute mon oeuvre... Mais il y a d'autres choses dans ces livres, qui étaient dans les bibliothèques, dans les librairies.... Qu'on me ressorte ça en 2020, au XXIe siècle, ça me paraît dingue."

  • Sur l'arrêt de la publication de ses livres: "J’espère que tout ça n’est que provisoire"

L’homme, coupé de l’actualité, tenu au courant par bribes par ses amis de l’ampleur de l’indignation à son égard en France, attend. "J’espère que l’enquête du parquet de Paris va me délivrer de toutes ces attaques. Quant à mes éditeurs qui ont cessé de publier mes livres, j’espère que tout ça n’est que provisoire..."

Gabriel Matzneff fait l’objet d’une enquête ouverte par le parquet de Paris pour viol sur mineur. Pour l’instant, il n’est pas convoqué par les enquêteurs, et ne sait pas encore quand il rentrera à Paris. Cette enquête pourrait se conclure par un classement sans suite : les faits dénoncés par Vanessa Springora sont prescrits, et à ce jour, aucune autre victime présumée n’a porté plainte.

Alexandra Gonzalez avec François Luce