BFMTV

Fusillade de l'A4: décès de la policière, un homme en garde à vue

Fusillade mortelle sur l'A4 : un homme en garde à vue

Fusillade mortelle sur l'A4 : un homme en garde à vue - -

Au lendemain de la fusillade à Villiers-sur-Marne, un homme a été placé en garde à vue. Hier, la policière municipale touchée par balle est décédée.

La policière municipale de Villiers-sur-Marne (Val-de-Marne) âgée de 27 ans grièvement blessée jeudi dans une fusillade sur l'autoroute A4 est en état de mort cérébrale, apprend-on au commissariat de Créteil.

Au moins quatre autres personnes ont été blessées par les coups de feu ou des éclats, dont une grièvement.

Il s'agit d'une automobiliste de 59 ans, touchée au poumon droit, et qui a été hospitalisée à La Pitié-Salpêtrière, à Paris. "Son état est grave mais le pronostic vital n'est pas engagé", a-t-on déclaré à Reuters. Un policier municipal est par ailleurs touché à l'épaule.

Un chauffeur de poids lourd, une autre conductrice, et un policier sont légèrement blessés, a-t-on précisé.

Cinq malfaiteurs encagoulés étaient toujours recherchés dans la région parisienne. Ils ont ouvert le feu après avoir échappé à un contrôle de police jeudi matin à Créteil, alors qu'ils roulaient sans plaque d'immatriculation.

Jeudi soir, un homme a été interpellé et placé en garde à vue au 36 quai des Orfèvres à Paris. Le suspect est connu des services de police pour des faits de braquage. Il a été arrêté non loin de la Mercedes qui a été le dernier véhicule utilisé par les auteurs de la fusillade dans leur fuite. Véhicule qu'ils n'ont pas pris le temps de « nettoyer » avant de l'abandonner. L'hypothèse que l'homme arrêté puisse avoir été envoyé par le gang pour terminer ce travail n'est pas exclue.

En l'Etat des choses, les enquêteurs croient pouvoir affirmer que les individus sont des braqueurs chevronnés qui savaient exactement ce qu'ils faisaient. Ils allaient ou ils rentraient manifestement d'un braquage raté.

Désormais la BRI (Brigade de recherche et d'intervention), la BRB (Brigade de répression du banditisme), la brigade criminelle et la brigade des stupéfiants, c'est à dire la totalité des services de police sont sur le pied de guerre pour tenter de mettre fin à la cavale.