BFMTV

Forcené abattu en Isère: "Il a braqué les policiers", selon un syndicaliste

Cinq policiers ont été placés en garde à vue pendant plusieurs heures après qu'un forcené a été abattu vendredi soir à Échirolles, en Isère. Selon un représentant des forces de l'ordre, les policiers ont dû faire feu "pour sauver leur propre vie".

Cinq policiers ont été placés en garde à vue plusieurs heures après qu'un forcené a été abattu vendredi soir par les forces de l'ordre à Échirolles, en Isère. Un représentant des policiers a donné des détails quant au déroulé des événements.

"Dès leur arrivée, ils ont vu en face d'eux un homme excité, dans un état presque second, les menacer avec une machette, a expliqué à BFMTV Yannick Biancheri, délégué SGP-FO Police Grenoble. Dès lors, mes collègues lui ont intimé l'ordre de déposer cette arme."

"Il a braqué, pointé les policiers"

Selon ce représentant des forces de l'ordre, ce n'est qu'au bout d'un certain temps que le forcené a obtempéré.

"Il a déposé son arme au sol. C'est alors qu'en se relavant, il a mis sa main derrière le dos et sorti une arme de poing, et a braqué, pointé les policiers. Mes collègues n'ont eu d’autre choix qu'utiliser leur arme pour ne pas risquer qu'un des leurs tombe."

Le syndicaliste assure que si les policiers ont fait feu, "ce n'était que pour sauver leur propre vie" car "la menace était réelle".

Céline Hussonnois-Alaya