Face aux mises en cause des grenades et flashball, les policiers rappellent leur droit à se défendre

flashball
 

Mains arrachées, oeil mutilé... De nombreux manifestants mettent en cause l'utilisation d'armes par les forces de l'ordre, telles que les grenades ou les lanceurs de balles de défense, lors de la mobilisation des gilets jaunes ou des lycéens. Les policiers, eux, assurent qu'il en va de leur sécurité. 

Votre opinion

Postez un commentaire