BFMTV

Euro 2016: pourquoi les incidents d'OM-OL inquiètent les autorités

Des CRS déployés au stade vélodrome dimanche soir lors de OM-Lyon en Ligue 1

Des CRS déployés au stade vélodrome dimanche soir lors de OM-Lyon en Ligue 1 - Franck Pennant - AFP

A quelques mois de l'Euro 2016, les autorités s'inquiètent des débordements survenus lors du match Marseille-Lyon dimanche soir. Pourtant, si le fonctionnement des tribunes du Vélodrome est un cas à part en France, les supporters olympiens n'auront pas les mêmes "pouvoirs" lors de la compétition européenne en juin prochain. 

"A quelques mois d’une fête, qui va être celle de l’Euro 2016 (10 juin-10 juillet), organisé en France, il est inacceptable de voir des jets de bouteilles de verre sur un terrain, de voir un mannequin pendu dans une tribune. Les conditions de sécurité étaient faillibles. On ne peut pas se permettre ce genre de choses", a lancé le secrétaire d'Etat aux Sports Thierry Braillard lundi sur BFMTV au lendemain des incidents survenus lors de la rencontre entre l'OM et l'OL. Le membre du gouvernement, qui partage la même ligne que son ministre de tutelle Patrick Kanner, craint aussi pour l'image de la France, candidate notamment à l'organisation des Jeux olympiques 2024.

Début septembre, les services de l'Etat et le comité d'organisation de la manifestation footballistique avaient étalé au ministère de l'Intérieur une série de mesures pour garantir la sécurité des spectateurs et des professionnels qui officieront lors de l'Euro 2016. Ainsi, les stades, camps de base, hôtels des équipes et de l’UEFA relèvent de la compétence de l’organisateur quand la sécurité aux abords de ces lieux relève de celle de l’Etat. La sécurité des "fans zones", dans lesquelles des retransmissions auront lieu dans les 10 villes hôtes, sera assurée par des agents de sécurité privée recrutés par ces villes. Les forces de l’ordre assureront la sécurisation à l’extérieur de ces zones comme c'est déjà le cas pour un match de Ligue 1 classique.

Les supporters de l'OM en autogestion

Dès lors les événements qui ont forcé l'arbitre à interrompre la rencontre entre Marseille et Lyon, mais aussi ceux qui ont émaillé la fin de match entre Bastia et Nice, sont-ils de nature à remettre en cause l'organisation présentée il y a quelques semaines? Non, puisque le cas des tribunes marseillaises est à part et que les incidents qui se sont produits en Corse l'ont été à l'extérieur du stade. 

En effet, les virages du stade Vélodrome de Marseille sont gérés exclusivement, depuis 1987, par les supporters du club qui assurent notamment la vente des billets et les services de restauration. C'est ce qui a pu permettre entre autre que des bouteilles en verre passent les contrôles de sécurité... effectués par les membres des clubs de supporters eux-mêmes.

Labrune répond au ministre

Une situation à laquelle veut mettre fin Vincent Labrune le président de l'OM, qui promet que "le ménage au sein des groupes de supporters est sa priorité". Pourtant, le dialogue sera compliqué puisque les relations sont déjà tendues entre les fans et l'homme de confiance de Margarita Louis-Dreyfus, la propriétaire du club. En attendant, il a annoncé le retour de filets de protection derrière les buts et le renforcement des contrôles. 

"Il y a d’un côté un sujet de fond qui est la sécurité dans les stades qui est un sujet qui me tient particulièrement à cœur en vue de l’Euro 2016. Et il y a un sujet plus futile, plus folklorique lié au contexte de la rencontre pour lequel j’ai été interrogé à la fin du match qui est celui de l’arbitrage, a expliqué Vincent Labrune sur BFMTV. Je réfute tout amalgame entre ces deux sujets. (...) Le point central, c’est la sécurité. C’est une priorité dans le football en France en vue de l’Euro 2016. C’est une priorité à l’Olympique de Marseille".

Pour autant, et sans minimiser les incidents survenus dimanche lors d'une rencontre jouée dans un contexte particulier, il convient de préciser que ce fonctionnement "spécial" des tribunes marseillaises n'est valable que pour les rencontres de l'OM et pas lors des matchs de l'Euro 2016 organisés dans la cité phocéenne. 

S.A.