BFMTV

Essonne: un professeur de lycée poursuivi pour avoir envoyé des messages à caractère sexuel à ses élèves

Des lycéennes à Rennes, le 1er septembre 2020 (illustration).

Des lycéennes à Rennes, le 1er septembre 2020 (illustration). - DAMIEN MEYER / AFP

Quatre plaintes ont été déposées par des lycéennes âgées de 16 à 18 ans. Poursuivi pour corruption de mineurs, le professeur incriminé sera jugé au mois de novembre.

Un professeur de sciences de l’Institut Saint-Louis-Saint-Clément à Viry-Chatillon, en Essonne, est poursuivi pour "corruption de mineur aggravée par l’usage de moyen de communications électroniques", pour avoir envoyé à certains élèves des messages de nature sexuelle. Quatre plaintes ont été déposées par des adolescentes nées en 2003, 2004 et 2005 pour des faits allant de mars à juin 2020, indique le parquet d'Évry à BFMTV.com, confirmant une information du Parisien.

C'est notamment durant le premier confinement que la personnalité de ce professeur de 27 ans "s’est révélée. Il parlait en messages privés à des élèves, essayait d’en savoir plus sur leur vie privée", en demandant par exemple: "Tu as déjà fait l'amour?". "Il leur faisait des sous-entendus, et surtout des compliments. Comme s’il les observait", indique à nos confrères un élève de l'institut.

À la suite des plaintes, l'homme a été auditionné et placé en garde à vue. "Il a reconnu avoir adressé des messages à ses élèves, mais reste nébuleux sur les motifs", nous informe le parquet d'Évry, devant lequel le mis en cause a été déféré le 5 février. Il est depuis placé sous contrôle judiciaire.

Suspendu de ses fonctions

Dans son milieu professionnel, l'enseignant est décrit comme "sérieux" et "rigoureux" mais il semble qu'il vivait une période de "surmenage et de solitude", livre au Parisien l'un de ses collègues, à qui il s’était confié sur l’envoi des messages litigieux.

Le rectorat de l'académie de Versailles l'a suspendu de ses fonctions, nous précise son avocat, Me Alexis Nait-Mazi, qui souhaite par ailleurs "garder ses observations pour le tribunal", devant lequel son client comparaîtra le 10 novembre prochain.

"Il s’est toujours montré très professionnel, sans jamais faire preuve d’aucun comportement déplacé et ayant pour seul but la réussite de ses élèves", défend l'un de ses proches.
Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV