BFMTV

En Isère, plusieurs relais téléphoniques incendiés en un mois

Image d'illustration

Image d'illustration - -

Une enquête a été ouverte, confiée à la brigade de recherches de Saint-Marcellin et à la section de recherches de la gendarmerie de l'Isère.

Un relais de téléphonie mobile a été dégradé par incendie dans la nuit de jeudi à vendredi à Saint-Marcellin, en Isère, a-t-on appris auprès du parquet de Grenoble qui évoque des faits répétés dans le département.

"C'est le troisième fait de ce type en un mois. Il y a eu les dégradations du relais SFR de Chatte le 29 mars puis les dégradations de l'antenne-relais d'Estrablin le 13 avril", détaille le procureur de la République, Eric Vaillant.

Selon le quotidien régional Le Dauphiné Libéré, le feu a endommagé le local technique d'une antenne-relais de l'opérateur Orange installée sur les hauteurs de Saint-Marcellin. Une enquête a été ouverte, confiée à la brigade de recherches de Saint-Marcellin et à la section de recherches de la gendarmerie de l'Isère.

Aucune revendication

Le Dauphiné Libéré signale la diffusion jeudi soir, sur une plateforme internet proche de milieux libertaires ayant revendiqué une série d'incendies ces dernières années en Isère, d'un document expliquant "comment détruire une antenne-relais".

"À ce stade de l'enquête et en l'absence de revendications, il est difficile de dire si ces faits sont imputables à l'ultra-gauche libertaire ou à des mouvements complotistes tels qu'il en est apparu récemment au Royaume-Uni", souligne le procureur.

Outre-Manche, des antennes-relais ont été attaquées en avril à la suite de la diffusion sur internet de rumeurs liant la 5G à la propagation du nouveau coronavirus.

En France, des antennes-relais ont déjà été prises pour cibles ces derniers jours près de Saint-Brieuc en Bretagne et dans le Jura, selon la presse locale. D'autres l'avaient été, dans le Var et à Carcassonne notamment, en fin d'année dernière.

Cy.C avec AFP