BFMTV

Du sursis requis contre les 9 militants de Greenpeace

BFMTV

Des peines de quatre à six mois avec sursis ont été requises jeudi devant la cour d'appel de Reims à l'encontre de neuf militants de Greenpeace qui s'étaient introduits par effraction dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine (Aube) en décembre 2011. Les six femmes et trois hommes, âgés de 22 à 60 ans, étaient poursuivis pour "violation de domicile et locaux professionnels et dégradations en réunion". "Le périmètre de la désobéïsance civile s'arrête à la commission de délits", a dit l'avocat général dans ses réquisitions en réclamant également l'interdiction pour les militants de s'approcher des centrales nucléaires. Des peines de quatre à six mois avec sursis ont été requises jeudi devant la cour d'appel de Reims à l'encontre de neuf militants de Greenpeace qui s'étaient introduits par effraction dans la centrale nucléaire de Nogent-sur-Seine, dans l'Aube, en décembre 2011. Les six femmes et trois hommes, âgés de 22 à 60 ans, étaient poursuivis pour "violation de domicile et locaux professionnels et dégradations en réunion".