BFMTV

Deux agresseurs d'un policier libérés: vague de colère chez les syndicats 

Des syndicats de police du Var appellent à se rassembler devant le palais de Justice de Toulon et les Tribunaux de Grande instance de France. (image d'illustration)

Des syndicats de police du Var appellent à se rassembler devant le palais de Justice de Toulon et les Tribunaux de Grande instance de France. (image d'illustration) - Jean Ayissi - AFP

Ces adolescents remis en liberté avaient agressé à coups de barres de fer un policier. Les syndicats appellent au rassemblement devant les tribunaux de grande instance de France.

La remise en liberté de deux adolescents de 16 et 17 ans a suscité la protestation de syndicats de police qui appellent à des rassemblements mardi. Les deux jeunes garçons avaient été placés en détention provisoire pour l'agression d'un policier toulonnais à Hyères (Var) début novembre.

Unité SGP Police et Alliance Police nationale du Var appellent les policiers à se rassembler mardi à 11 heures devant le palais de justice de Toulon et à midi devant tous les tribunaux de grande instance de France, ont indiqué leurs représentants.

Le syndicat Unité SGP Police parle d'une décision de justice "insupportable" suscitant "une vague de colère chez les policiers". "Seules la condamnation et la détention doivent guider les décisions des magistrats concernant l'agression des policiers", a indiqué Jean-Marc Diamante, secrétaire départemental d'Alliance Police nationale.

Des "faits très graves"

À Hyères, le 1er novembre à l'aube, alors qu'il rentrait du travail, un policier de la Brigade anti-criminalité de Toulon avait surpris deux personnes en train de casser sa voiture près de son domicile et avait fait connaître sa qualité de policier.

Une bagarre s'en était suivie à laquelle ont participé une dizaine de personnes appelées en renfort par l'un des deux agresseurs. Le policier s'était vu accorder une interruption de travail de cinq jours. Le secrétaire d'État auprès du ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez avait dénoncé des "faits très graves". Les deux adolescents avaient été accusés de violences volontaires aggravées, dégradations en réunion et menaces de mort

Ils avaient été placés en détention provisoire par un juge de Toulon. Le parquet de cette ville avait ensuite requis un maintien en détention quand il a eu connaissance de l'appel du placement. La remise en liberté sous contrôle judiciaire des deux mineurs a toutefois été prononcée le 16 novembre par la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence. 

Sa. V avec AFP