BFMTV

Dès la disparition de Maëlys, les parents ont suspecté l'homme mis en examen

Par le biais de leur avocat, Me Fabien Rajon, les parents de la petite Maëlys sont sortis du silence. L'occasion de revenir sur les faits, mais aussi sur cet homme, au comportement suspect, qu'ils avaient repéré avant le drame. Et qui est aujourd'hui mis en examen.

C'est la première fois qu'ils s'expriment. Et leurs dires sont accablants pour le principal suspect: les parents de Maëlys, disparue il y a deux semaines au cours d'une fête de mariage en Isère, sont sortis ce dimanche de leur silence par l'intermédiaire de leur avocat dans un entretien accordé au Dauphiné Libéré. S'ils respectent la présomption d'innocence, ils affirment avoir eu des doutes sur le suspect aujourd'hui mis en examen dès le moment où leur fille a disparu.

Selon leur avocat Me Fabien Rajon, la mère de la fillette affirme que "dès qu'elle s'est rendue compte que Maëlys avait disparu, elle a immédiatement cherché sa fille bien-sûr, mais aussi un homme dont le comportement pendant la soirée lui avait semblé étrange", a-t-il confié.

L'homme repéré entrain de discuter avec Maëlys

"La maman craint effectivement qu’il soit arrivé quelque chose de grave à Maëlys, à cet instant très précis", a ajouté Me Rajon. Avant de poursuivre:

"Oui, je peux vous le dire, sa première intuition, à cette heure de la soirée, c’est effectivement, hélas, un enlèvement."

Une intuition motivée semble-t-il par la proximité de l'ex-militaire avec sa fille au cours de la soirée. Un peu plus tôt au cours de la soirée, l'enfant lui avait décrit cet homme comme son "copain" et l'avait présenté à un autre invité du mariage comme son "tonton".

"Cet homme aurait discuté avec la petite Maëlys, montrant à la fillette et à sa mère des photos de ses chiens sur son téléphone. La maman est ensuite partie, laissant la conversation entre Maëlys et cet invité se poursuivre quelques minutes", a détaillé Me Rajon.

Des incohérences troublantes pour les parents

Selon la mère de la jeune fille, également passionnée par les chiens, l'ex-militaire n'avait ensuite pas semblé "spécialement concerné" par les recherches entamées cette nuit-là par l'ensemble des convives, "ni vraiment inquiet" de sa disparition, lorsqu'il a été aperçu dehors, à proximité de la salle des fêtes.

L'avocat est ensuite revenu sur les incohérences relevées dans le récit du suspect mis en examen, et les questions qu'elles suscitent chez les parents de Maëlys: "Pourquoi l'ADN de Maëlys figure-t-il dans la voiture du mis en examen? Pourquoi ce dernier disparaît des lieux, selon la maman, avant l’arrivée des gendarmes? (...) Pourquoi affirme-t-il que la fillette serait montée dans sa voiture avec un garçonnet blond, qui visiblement n’existe que dans son imagination?", a listé Fabien Rajon.

"Ajoutés au comportement étrange du suspect pendant la soirée, que me rapporte la maman, ces éléments, s’ils sont confirmés, sont pour le moins troublants."

"Cet homme détient les clés de l'affaire"

"À la différence d'autres affaires de disparition d'enfants, les enquêteurs semblent tenir une personne qui a visiblement des choses à dire", poursuit l'avocat.

"Les parents se disent logiquement que cet homme détient les clés de l'affaire. Et dans la mesure où le temps presse, car il en va du devenir d'un enfant, ils invitent forcément le mis en examen à révéler enfin la vérité et en finir de l'attente insupportable qui leur est imposée", a-t-il conclu.
Jérémy Maccaud avec AFP