BFMTV

Des gendarmes veulent porter leur arme en permission

Comme les policiers, les gendarmes peuvent porter leur arme hors service.

Comme les policiers, les gendarmes peuvent porter leur arme hors service. - AFP

Une lettre ouverte a été envoyée au directeur général de la gendarmerie nationale pour réclamer que le port d'arme hors service, étendu au-delà de l'état d'urgence la semaine dernière, soit appliqué lors des permissions des militaires.

Porter son arme hors service, oui. Porter son arme en permission, non. Les gendarmes ont envoyé une lettre au directeur général de la gendarmerie nationale pour réclamer de pouvoir conserver leur arme même quand ils sont en permission, c'est-à-dire en congé.

"Mon Général, c'est très humblement que l'APNM GendXXI vous demande de bien vouloir autoriser les militaires de la gendarmerie à conserver leur arme à tout moment comme cela est autorisé pour les fonctionnaires de la police nationale", écrit l'association professionnelle de gendarmes, APNM GendXXI.

Après le double assassinat de Magnanville, les syndicats de policiers ont obtenu que leurs collègues puissent porter leur arme hors service, lors de leur trajet domicile-travail, mais également en toute occasion. Une mesure instaurée dans le cadre de l'état d'urgence mais désormais étendue au-delà du 26 juillet, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme sur la base du volontariat.

Les gendarmes volontaires exclus

"Ce crime doit nous amener à donner aux policiers et aux gendarmes les moyens de se défendre lorsqu’ils ne sont pas en service", a détaillé François Hollande, lors de l'hommage à Jean-Baptiste Salvaing et Jessica Schneider. "En conservant leurs armes à tout moment, comme cela a été admis pour les policiers dans le cadre de l’état d’urgence", a insisté le chef de l'Etat.

Dans le cadre de cette mesure, les gendarmes peuvent donc conserver leur arme de service lorsqu'ils sont en repos mais pas en congés, sur des temps plus longs. "Les gendarmes peuvent prendre des permissions à la journée. Comment expliquer à nos camarades qu'ils pourront conserver leur arme le samedi et le dimanche en repos, mais pas le mercredi en permission?", s'interroge Frédéric Le Louette, le président de l'association professionnelle GendXXI.

Dispositif allégé

Après le drame de Magnanville, le dispositif a été adapté et simplifié. "Le double meurtre des policiers a provoqué une véritable onde de choc chez les gendarmes, a commenté pour BFMTV.com la porte-parole de la gendarmerie nationale. Conscient du contexte, on a répondu à un véritable besoin." En trois jours, la gendarmerie nationale a reçu autant de demandes de port d'arme hors service que depuis le mois de novembre.

Depuis les attentats de Paris, les gendarmes étaient autorisés hors service à intervenir et faire usage de leur arme en cas de tuerie de masse. Ils ont désormais "la possibilité de se protéger et de protéger leur famille", poursuit Karine Lejeune, précisant que toutes les règles ne peuvent être revues en quelques jours, prennant notamment pour exemple les règlements portant sur le stockage des armes lors des persmissions des militaires. 

Rappelant "le principe de contrôle important" qui prévaut au sein de l'institution, la porte-parole de la gendarmerie nationale note que la possibilité d'avoir une arme hors service, n'importe où sur le territoire, est une véritable avancée. Jusqu'alors les gendarmes pouvaient en disposer uniquement sur leur commune d'affectation ou de domiciliation et la demande était soumise à un long processus. "Désormais, la hiérarchie a maximum 96 heures pour répondre à une autorisation de demande de port d'arme hors service, précise Karine Lejeune. En cas d'absence de réponse, la demande est acceptée de fait." 

J.C.