Mis à jour le
justice
 

Trois adolescents avaient attaqué l'Etat pour "contrôles au faciès". Ce lundi, le tribunal de grande instance de Paris les a déboutés de leur demande, estimant que le contrôle avait été effectué "sans discrimination fondée sur l'origine".

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire