BFMTV

"Comment Reiser peut être dehors?", s'alarme le cousin de Sophie Le Tan

Le cousin de Sophie Le Tan s'étonne que Jean-Marc Reiser, dont le casier judiciaire contient déjà une condamnation pour viols, n'ait fait l'objet d'aucune surveillance.

Il confie avoir "senti son sang se glacer à la lecture des articles concernant monsieur Reiser": Laurent, cousin de Sophie Le Tan, témoigne sur notre antenne de sa colère et de son incrédulité quant à la situation de Jean-Marc Reiser, principal suspect dans la disparition de sa parente, aux lourds antécédents judiciaires.

"On ressent de la colère, oui, parce qu’on a du mal à comprendre comment une personne comme monsieur Reiser, avec un passé aussi lourd et effrayant, puisse être dehors, sans surveillance, et finir par faire ce qu’il voulait avec Sophie, et essayer avec les personnes précédentes", explique celui qui se dit toujours "en plein cauchemar". "Ce sont des questions sans réponses pour l’instant, et j’espère que nous en aurons."

Condamné pour viols

Jean-Marc Reiser, 58 ans, a été condamné en 2001 par la cour d'assises du Doubs à 15 ans de réclusion pour des viols commis en 1995 et 1996, peine confirmée ensuite par la cour d'assises d'appel de Côte d'Or en 2003. En 1995 il avait violé une auto-stoppeuse allemande sous la menace d'une arme, dans les Landes. L'année suivante, il avait violé à plusieurs reprises une ancienne maîtresse.

Jean-Marc Reiser a été acquitté en 2001 par la cour d'assises du Bas-Rhin dans une autre affaire, la disparition d'une jeune femme de 23 ans, en 1987, dont le corps n'a jamais été retrouvé. Françoise Hohmann était représentante de commerce. Le dernier client à qui elle avait rendu visite avant sa disparition, dans le quartier de Hautepierre, à Strasbourg, était Jean-Marc Reiser. Ce dernier a également été condamné à deux autres reprises après sa sortie de prison, en 2012, pour des infractions moins importantes, avait rappelé le parquet.
Louis Nadau avec AFP