× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
A red flag is displayed on the railway between Millas and Saint-feliu-d'Avallas, on December 16, 2017 as French gendarmes and employees of the National society of French railways (SNCF) investigate at the level crossing, two days after some children were involved in an accident between a regional TER train and a school bus.
 

Trois familles des enfants morts dans la collision entre un TER et un car scolaire, le 14 décembre à Millas, se sont constituées parties civiles. 

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • JJMD63
    JJMD63     

    Comme dans bien d’autres cas, j’ai tenté de comprendre, d’imaginer un scénario plausible sans chercher à accabler qui que ce soit.
    La plus part des accidents sont dus à des concours de circonstances.
    Imaginons la conductrice occupée a terminer son virage à gauche dans le carrefour quelle venait de franchir.
    La distance entre le carrefour et la barrière est de l’ordre de 20 mètres. Son bus mesurait lui près de 12 m mètres .
    N’avait-elle pas tout juste aligné son bus dans l’axe de la route principale qu’elle arrivait sur la barrière, elle n’a eu que quelques instants le feux clignotant dans son champ de vision. Pour un peu qu’elle ait été perturbée pas le comportement de passagers.
    Le feux, (le petit feux ancien offrant une visibilité acceptable si l’on arrive de loin) même s’il était allumé rouge n’était-il pas en partie occulté par sa casquette pare soleil quand on arrive à l’oblique ?
    Il ne faut bannir personne, il faut regarder les choses convenablement et surtout faire en sorte que de tels accidents ne puisse plus se reproduire.
    Pour moi, les passages à niveaux, sont des équipements d’une autre époque. Que trains et véhicules partagent un espace commun est loin d’être satisfaisant. La moindre défaillance matérielle ou humaine, c’est la roulette russe.
    Supprimer les passages à niveau à un coût, mais que dire du prix pharaoniques des trains eux-mêmes.
    Ma pensée va aux victimes décédées, mais aussi aux autres qui ne seront pas sans séquelles, aux familles.

  • Merdasoft
    Merdasoft     

    A cet instant, plus de 50 500 signatures en soutien à la conductrice

    en effet avec des témoignages contradictoires des doutes profonds dans les 2 sens, l'omerta actuelle sur une expertise de la barrière !!!

    pourquoi cette femme est placée sous contrôle judiciaire

    mais pas la SNCF

    "le pot de terre contre le chemin de fer"

Votre réponse
Postez un commentaire