BFMTV

Chasse à l'homme en Belgique: qui est Jürgen Conings, le militaire en cavale qui inquiète les autorités?

Repéré pour ses propos racistes, le militaire d'extrême droite est soupçonné de vouloir s'en prendre à l'Etat belge et à un virologue connu. Probablement armé, le forcené est activement recherché.

Après quatre jours de traque, la tension reste palpable en Belgique. Un militaire d'extrême droite, probablement en possession d'armes à feu, reste introuvable et inquiète les autorités. L'homme de 46 ans est soupçonné de vouloir s'en prendre à des représentants de l'Etat belge et à des personnalités publiques, dont un virologue, d'après des écrits retrouvés par les enquêteurs.

Mardi, en fin d'après-midi, sa voiture a été découverte en lisière du parc national de la Haute-Campine, non loin de la frontière avec les Pays-Bas, avec quatre lance-roquettes à bord, et des munitions. Quelque 250 policiers sont encore mobilisés ce vendredi pour retrouver la trace de Jürgen Conings qui pourrait s'être retranché dans cette réserve de 12.000 hectares de forêts et de landes.

Une chasse à l'homme sous haute tension car les autorités se savent à la recherche d'un homme rompu aux combats, après trente années passées au sein de l'armée belge.

Des militaires viennent en appui de la police belge pour tenter de retrouver Jurgen Conings.
Des militaires viennent en appui de la police belge pour tenter de retrouver Jurgen Conings. © JAMES ARTHUR GEKIERE / BELGA / AFP

Surveillé pour ses "sympathies" avec l'extrême droite

Ce militaire aguerri, déjà parti en mission notamment au Kosovo, en Irak et en Afghanistan selon les médias flamands, compte parmi la "trentaine" de membres de l'armée belge surveillés par les services du renseignement militaire pour leurs "sympathies" avec l'extrême droite.

En 2019, Jürgen Conings a fait l'objet de sanctions de sa hiérarchie après avoir "tenu des propos racistes" et "proféré des menaces" sur Facebook. Si le dossier a été "classé sans suite par le parquet, quatre jours d’arrêt simple lui ont été notifiés", indique la ministre de la Défense belge, Ludivine Dedonder, à la RTBF.

Jurgen Conings est recherché par les autorités belges
Jurgen Conings est recherché par les autorités belges © Police Fédérale

Menaces et propos racistes

Un an plus tard, il s'est vu retirer son habilitation de sécurité en raison de nouvelles menaces diffusées sur Facebook.

"Dans ce cas-ci, l’individu était donc suivi et une enquête approfondie était en cours. Des mesures ont été prises, plainte pénale, sanctions disciplinaires et retrait d’habilitation, mais cela n’a pas suffi", détaille la ministre ajoutant que, jusqu’aux récents événements, le comportement du militaire n’a pas été identifié comme problématique par sa hiérarchie.

Toutefois, le Premier ministre, Alexander De Croo, a précisé que l'homme était par ailleurs fiché par l'Ocam, l'organisme belge d'analyse de la menace terroriste, depuis trois mois.

"Il n'y a pas de place à la Défense pour des extrémistes ou des fascistes", a lancé devant le Parlement Ludivine Dedonder, tandis qu'Alexander De Croo a réaffirmé qu'"appeler à la haine et à la violence, c'est inacceptable, qu'il s'agisse de virologues, de scientifiques, d'adversaires politiques. C'est punissable par la loi".

"Situation dangereuse"

Parmi les cibles potentielles de Jürgen Conings figure en effet le virologue flamand Marc Van Ranst, expert parmi les plus en vue dans la crise sanitaire. Devenu la bête noire des "anti-masque" et autres opposants aux restrictions de rassemblements, ce scientifique de 55 ans est également coutumier des prises de position contre le racisme et la xénophobie et va régulièrement au clash sur les réseaux sociaux avec l'extrême droite flamande.

La police belge et l'armée continuent "de balayer le territoire pour essayer de résoudre cette situation dangereuse", a affirmé le Premier ministre.

Ambre Lepoivre avec AFP Journaliste BFMTV