BFMTV

"C’est la même histoire": le père de Cédric Chouviat compare la mort de son fils à celle de George Floyd

Christian Chouviat estime que la mort de son fils, tué lors d'une interpellation policière en janvier, présente des similitudes avec celles de George Floyd. Il déplore cependant que les deux affaires n'aient pas eu la même résonance.

L'indignation grandit aux États-Unis, en France et dans le reste du monde autour de la mort de George Floyd, Américain noir tué lors de son interpellation policière le 25 mai dernier à Minneapolis.

Quelques jours après les faits et alors que les rassemblements contre le racisme et les violences policières se multiplient, Christian Chouviat, père de Cédric Chouviat, s'exprime sur BFM Paris pour évoquer la mort de son fils, tué lors d'un contrôle de police et à la suite d'un plaquage ventral.

Pour Christian Chouviat, les circonstances de son décès présentent en effet de nombreuses similitudes avec celui de George Floyd, tué après qu'un policier lui ait exercé une longue pression sur la nuque avec le genou.

"Ca a été un réveil électrique, un électrochoc, assure Cédric Chouviat en référence à la mort de l'Américain. On voit les circonstances, on voit l'homme à terre, on le voit crier 'Je ne respire plus'. On n'a pas eu le son de tous les films de notre fils, mais on suppose qu'il devait lui aussi crier puisqu'on voit ses petits pieds bouger dans les derniers souffles, raconte son père. C'est atroce."

Des similitudes qui décuplent l'émotion de Christian Chouviat, cinq mois après la mort de son fils de 42 ans et père de cinq enfants, le 3 janvier dernier. "On le cherche, on l'attend, on espère le revoir. Sur sa tombe, j'arrive pas à lire sa plaque", raconte son père.

"Ça ne se passe pas aux States, donc on ne s'en mêle pas!"

Si la famille de Cédric Chouviat dit partager l'élan de solidarité mondiale autour de l'affaire George Floyd, elle déplore cependant que la mort du livreur n'ait pas suscité la même indignation en France il y a quelques mois, notamment de la part des personnalités.

"Vous n'êtes pas américain, ça ne se passe pas aux States, donc on ne s'en mêle pas", estime Christian Chouviat. "Et d'un seul coup, il y a une histoire américaine et ça évolue sur la planète!"

"Je compatis 10.000 fois avec ce qui est arrivé aux États-Unis, parce que c'est la même histoire que mon fils", poursuit-il. "C'est un homme qui est mort, un père de famille."

La famille du livreur reste cependant déterminée. Elle devrait recevoir prochainement des nouvelles des juges d'instruction travaillant sur l'affaire.

Juliette Mitoyen