Des incohérences dans son récit avaient éveillé l'attention et conduit à l'ouverture d'une enquête en janvier dernier.
 

Présentée au tribunal correctionnel le 27 juin à l'issue de sa garde à vue, Alexandra D., avait obtenu un délai pour préparer sa défense.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire