BFMTV

Attaque du Thalys: le procès peut reprendre, après le test Covid négatif d'un accusé

Les accusés du procès.

Les accusés du procès. - Elisabeth de Pourquery / AFP

L'un des accusés du procès de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015 était apparu fiévreux vendredi, motivant une suspension de l'audience. Son avocat a annoncé ce dimanche que les séances pourraient reprendre après que son client a été testé négatif au Covid-19.

Le procès de l'attentat déjoué du Thalys en août 2015, qui se tient depuis le 16 novembre à Paris, va pouvoir reprendre après qu'un des accusés a été testé négatif au Covid-19, a annoncé dimanche son avocat à l'AFP. L'audience avait été suspendue vendredi pour que l'un des quatre accusés, Redouane El Amrani Ezzerrifi, puisse être examiné par un médecin et subir des tests.

Le procès doit s'achever le 17 décembre

Malade, ce Marocain de 28 ans avait vomi jeudi soir et avait de la fièvre vendredi midi. Il avait d'abord assuré se sentir capable de suivre les débats, avant que l'audience ne soit suspendue. Le procès devant la cour d'assises spéciale devrait donc reprendre lundi matin, avec les auditions des enquêteurs belges ayant travaillé sur cet attentat.

Redouane El Amrani Ezzerrifi est soupçonné d'avoir aidé le commanditaire de l'attaque du Thalys Abdelhamid Abaaoud, également coordinateur des attentats du 13-Novembre, à entrer en Europe. Il est jugé aux côtés du tireur du Thalys Ayoub El Khazzani, et de Bilal Chatra et Mohamed Bakkali, soupçonnés d'avoir aidé El Khazzani et Abaaoud à arriver jusqu'en Belgique. Le procès doit s'achever le 17 décembre.

R.V. avec AFP