BFMTV
Police-Justice

Après le scandale David Hamilton, un photographe de mode accusé de viol

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) - Damien Meyer - AFP

Sept jeunes femmes accusent un photographe de mode d'agressions sexuelles et de viols. L'une d'entre elles a raconté comment elle a été piégée. L'homme âgé de 32 ans nie les faits.

Après les accusations contre David Hamilton, un autre scandale dans la photographie de mode. Salim B., un photographe marocain de 32 ans, est accusé d'agressions sexuelles et de viols par sept femmes, dont une était mineure. L'une d'entre elle a témoigné pour Le Parisien.

"Tout est devenu flou puis j'ai fermé les yeux"

Tout a commencé en janvier 2015. Brooke, une Américaine âgé de 25 ans étudiante en management et passionnée de photographie, contacte le photographe pour "discuter technique". Il lui propose un rendez-vous chez lui.

"Il m'a offert un verre de vin, se souvient-elle. J'ai dit oui. J'ai regardé s'il mettait quelque chose dedans parce que je me méfie, mais je n'ai rien vu (...) Mais après tout est devenu flou (...) Puis j'ai fermé les yeux."

"Je sais ce qu'il m'a fait"

Quand la jeune femme se réveille, elle est nue et l'homme aussi. "C'était horrible, il m'a touchée. J'étais paralysée, je ne pouvais pas bouger (...) Je ne sais pas comment je suis rentrée chez moi. Quand j'ai émergé, j'ai compris qu'il m'avait touchée et que je n'étais pas d'accord. J'ai réussi à reconstituer ce qu'il s'est passé. Je sais ce qu'il m'a fait."

Brooke est l'une des premières à avoir porté plainte quelques mois plus tard. Des analyses toxicologiques révèlent alors des traces de médicament. Mais la jeune femme va de plus en plus mal, abandonne ses études, tombe dans l'alcool. "J'étais triste, toujours fâchée, je pleurais tout le temps."

"Je veux qu'il reste en prison"

À l'automne 2016, alors que Brooke est repartie vivre aux États-Unis, les autorités françaises lui apprennent que l'homme a été interpellé et placé en détention.

"Cet homme a gâché ma vie. À cause de lui, j'ai quitté la France et ce n'est pas juste. Je veux qu'il reste en prison. Je veux la justice, pour moi et pour les autres." Et appelle les éventuelles autres victimes à se manifester.

Il nie les faits

Depuis octobre dernier, rapporte Le Parisien, le jeune homme est derrière les barreaux, "mis en examen pour quatre des sept plaintes qui le visent". "Il nie les faits", indique son défenseur au quotidien. Martina Moscovici, l'avocate de quatre plaignantes, estime quant à elle que ses victimes "sont tombées sur un prédateur".

"Leur âge, la soumission chimique et le fait de se retrouver nues lors de séances de pose rendaient extrêmement vulnérables."

Une affaire qui en rappelle une autre. Au mois de novembre dernier, le photographe britannique David Hamilton, accusé de viols par plusieurs femmes dont l'animatrice de télévision Flavie Flament, était retrouvé mort. L'homme âgé de 83 ans, qui était installé à Paris, avait réagi et dénoncé des accusations mensongères, assurant qu'il allait porter plainte pour diffamation. Après son suicide, Flavie Flament a regretté que "par sa lâcheté", il "condamne" les victimes "à nouveau au silence".

Céline Hussonnois-Alaya