BFMTV

Amiens: un chirurgien opère le mauvais genou d'un patient

Le CHU d'AMiens - Image d'illustration

Le CHU d'AMiens - Image d'illustration - Google StreetView

Le patient a été immobilisé durant trois mois à la suite de cette erreur.

Lorsqu’il entre au centre hospitalier universitaire d’Amiens le 6 avril dernier pour une opération bénigne du genou, Ali, un habitant de la commune de Saveuse dans la Somme n’imaginait pas rester immobilisé durant trois longs mois. Diagnostiqué avec un problème à la corne du ménisque souligne Le Courrier Picard, ce sportif de 49 ans devait être opéré dans la matinée avant de logiquement quitter l’établissement quelques heures plus tard, en début d’après-midi.

Or, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu, et il est aux alentours de 16h lorsqu’Ali quitte le bloc opératoire. "Le chirurgien me dit que tout s’est bien passé, même s’il y a eu un petit souci avec les infirmières qu’il m’expliquera plus tard. À ce moment, j’étais encore dans les vapes" explique-t-il, dans un entretien toujours accordé au média régional.

Un bandage à chaque jambe

C’est finalement sa compagne, présente à ses côtés au moment de son réveil, qui se rend compte que son ami a les deux genoux bandés. "Le chirurgien est arrivé, il m’a dit qu’il y avait eu un petit souci, très léger, qu’il a juste ouvert la jambe droite. Il me fait le bulletin de sortie et il s’en va. Moi, j’étais encore sous le coup de l’anesthésie, j’avais le sentiment que tout cela était normal." Pire encore, c’est bien le genou droit d’Ali, le mauvais donc, qui avait été rasé pour l’opération par le personnel médical.

"Le médecin a ouvert ma jambe droite, et c’est seulement quand il s’est rendu compte que mon ménisque était sain qu’il s’est rendu compte de l’erreur." détaille-t-il.

Une confusion qui n’est pas sans conséquences puisque Ali est immobilisé durant trois mois et ne peut plus aller travailler. "Je l’ai très mal vécu. Je ne pouvais pas m’occuper des enfants, je ne pouvais rien faire, j’étais complètement dépendant. J’ai dû arrêter de travailler pendant trois mois.

Procédure contre le chirurgien

Depuis, le trentenaire est en conflit ouvert avec l’hôpital d’Amiens. Il accuse le chirurgien d’avoir dissimulé son erreur puisqu'il n’a prodigué des soins qu’au genou blessé, et pas à celui ouvert par erreur. "Sur le compte rendu opératoire, que je me suis procuré, il (le chirurgien, ndlr) ne parle que de la jambe gauche, jamais de la droite" souligne-t-il.

Une rencontre a bien été organisée entre Ali et le chirurgien, sans que cela ne résolve la situation. "Il a été très froid. Il m’a dit qu’il avait été convoqué par son chef de service, que j’aurais dû l’appeler directement. Et il rejetait la faute sur les infirmières."

Toujours selon Le Courrier Picard, Ali est bien décidé à "aller au bout de la procédure pour que la responsabilité du chirurgien et de l’hôpital soit retenue." D’autant plus que l’opération de son genou blessé a été un échec. Il devra être réopéré dans un autre établissement afin d'être soigné.

Hugo Septier