BFMTV

Amiens : 16 policiers blessés, des bâtiments incendiés

Les quartiers nord d'Amiens ont connu de très violents affrontement dans la nuit de lundi à mardi

Les quartiers nord d'Amiens ont connu de très violents affrontement dans la nuit de lundi à mardi - -

Les quartiers nord d'Amiens ont connu de très violents affrontements dans la nuit de lundi à mardi entre une centaine de jeunes et des forces de l'ordre. Bilan: 16 policiers blessés et des bâtiments publics incendiés.

C’est une situation que n’a jamais connue la ville, selon le maire PS d’Amiens Gilles Demailly. Une centaine de jeunes rassemblés dans le quartier d'Amiens-Nord - l'une des quinze Zones de sécurité prioritaire ciblées par le gouvernement - ont commencé lundi soir vers 21h00 « à harceler les forces de l'ordre venues sécuriser le quartier après des heurts dimanche soir », explique la préfecture.

Blessés par des tirs de chevrotine

Les policiers ont été blessés par des tirs de chevrotine et de mortier de feux d'artifice et des jets de projectiles, lors de ces affrontements qui se sont poursuivis jusqu'à 4h du matin. Le policier le plus gravement touché a reçu quinze jours d'ITT (incapacité totale de travail). Les quelques 150 policiers présents sur place ont répliqué avec des gaz lacrymogènes et des tirs de gomme-cogne sans faire de blessé. Ils n'ont procédé a aucune interpellation.

Manuel Valls attendu sur place

Le quartier d'Amiens-Nord est régulièrement touché par des incidents, « mais jamais de cette gravité, avec trois bâtiments publics en partie détruits », a indiqué la préfecture. Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls devait se rendre à Amiens en début d'après-midi. Le maire d'Amiens, Gilles Demailly (PS), a évoqué une « scène de désolation », avec des bâtiments publics touchés « pour la première fois », dont une école maternelle en partie incendiée et complètement saccagée et un centre sportif totalement détruit. « Il y a ici des incidents réguliers, mais cela fait des années que je n'ai pas connu une nuit aussi violente avec autant de dégradations », a déclaré M. Demailly. « Ça fait des mois que je réclamais des moyens car la tension montait dans le quartier », a également dit le maire qui estime que le montant des dégâts va se chiffrer « en millions d'euros ».
De son côté François Hollande a promis mardi de mettre en œuvre « tous les moyens de l'Etat » pour lutter contre les violences, après des affrontements entre jeunes et forces de l'ordre à Amiens, estimant que la sécurité est une « obligation » pour les pouvoirs publics.

Déjà des heurts dimanche

Ces incidents font suite à des heurts dimanche entre des habitants du quartier et la police, qui procédait au contrôle routier d'un automobiliste ayant une conduite dangereuse. Cette intervention a été jugée excessive par certains riverains, alors que la famille et les proches d'un jeune homme de 20 ans, mort jeudi après un accident de moto, étaient réunis à proximité pour une cérémonie de deuil. L'intervention fait l'objet d'une enquête administrative diligentée par la préfecture.

|||

En raison de nombreux débordements, nous sommes contraints de fermer les commentaires reliés à cet article. Merci pour votre compréhension.

La Rédaction avec AFP