BFMTV

Ajaccio: "Il y a eu la volonté de pouvoir se faire justice", assure le préfet de Corse

Des manifestants ont tenté de pénétrer dans des immeubles pour retrouver les agresseurs présumés des pompiers.

Des manifestants ont tenté de pénétrer dans des immeubles pour retrouver les agresseurs présumés des pompiers. - Pierre-Antoine Fournil - AFP

En marge d'une manifestation en soutien à deux pompiers et un policier blessés par des jets de projectiles lors d'une intervention, certains participants ont saccagé une salle de prière musulmane.

La tension serait un peu retombée vendredi soir, à en croire les autorités corses. Christophe Mirmand, préfet de Corse-du-Sud, a réagi sur BFMTV aux différents incidents qui ont touché Ajaccio ces dernières heures. Dans la nuit de jeudi à vendre, deux pompiers et un policier ont été blessé par des jets de projectiles lors d'une intervention dans le quartier des jardins de l'Empereur.

En réaction, certains participants d'une manifestation en soutien aux trois blessés organisée devant la préfecture de Corde-du-Sud se sont attaqués à une salle de prière musulmane avant d'aller dans le quartier où ont été blessées les forces de l'ordre. Christophe Mirmand fait le point pour BFMTV sur la situation. 

BFMTV - Quelle est la situation dans le quartier des Jardins de l'Empereur?

Christophe Mirmand. Pour l’instant la tension a diminué puisque les manifestants ont quitté les lieux vers 21 heures, 21h30. Il y a donc un système de sécurisation qui est maintenu par la police nationale et qui permettra d’éviter, je l’espère, que d’autres incidents se produisent dans la nuit. Les incidents n’ont pas entraîné d’agressions physiques à l’encontre des habitants du quartier. En revanche, il y a eu des tensions très fortes tout au long de la soirée.

Il y a eu à plusieurs moments de la soirée la volonté de certains manifestants d’entrer dans les lieux et de pouvoir en quelque sorte se faire justice eux-mêmes en essayant de rechercher les auteurs présumés des agressions de la veille.

Une salle de prière musulmane a également été saccagée?

Oui. Il s’agit d’une petite salle de prière qui est située non loin du quartier des Jardins de l’Empereur qui a été effectivement fracturée. Le volet métallique qui en protégeait l’accès a été levé de force et la vitrine a été brisée. Une intrusion de plusieurs dizaines de personnes, mais le nombre reste à déterminer, a été occasionnée. Le mobilier à l’intérieur de la salle de prière a été jeté à terre. Et plusieurs corans ont été jetés sur la voie publique, et pour certains d’entre eux ont été brûlés ou légèrement brûlés. J’ai personnellement assuré au responsable du culte que les services de police allaient maintenir une surveillance permanente des lieux pour en assurer la sécurité.

Des mesures de sécurité vont-elles être prises sur l'île?

Des mesures de renforcement par les services de police et de gendarmerie ont été décidées ce soir (vendredi, ndlr) dans l’agglomération ajaccienne. Des renforcements des patrouilles sur la voie publique, une surveillance des commerces, notamment kebab, puisqu’un commerçant a vu également sa vitrine saccagée.

Et puis les lieux de cultes ajacciens feront l’objet d’une surveillance permanente, de même d’ailleurs que les autres lieux de culte musulmans à l’échelle de la Corse.

Avez-vous noté une augmentation du nombre d'actes islamophobes depuis les attentats du 13 novembre?

Oui, C’est assez net depuis les actes du mois de janvier. Il y avait eu un certain nombre d’actes de dégradation ou de profanation qui avait été commis sur des lieux de culte. Et plus récemment les attentats du 13 novembre ont donné lieu à nouveau à des incidents. Aujourd’hui, il y a des propos extrêmement choquant qui s’expriment sur les réseaux sociaux mais également dans les conversations et qui doivent être fermement combattues car elles sont inacceptables dans la République.

J.C.