BFMTV
Police-Justice

Aisne: le corps d'une enfant découvert, sa mère suspectée d'homicide

Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration)

Des policiers de la police judiciaire. (Image d'illustration) - Denis Charlet

La principale suspecte a elle-même appelé les secours dimanche matin, "disant qu'elle voulait se suicider parce qu'elle avait a priori tué son enfant."

L'enquête en cours doit permettre de répondre aux nombreuses questions qu ientourent cette affaire. Ce dimanche, une enfant d'une dizaine d'années a été retrouvée morte dimanche à son domicile à Soissons dans l'aisne et sa mère, transportée à l'hôpital après une tentative de suicide, est suspectée d'homicide, a-t-on appris auprès du parquet.

La mère, âgée "d'une quarantaine d'années" a elle-même appelé les secours dimanche matin, "disant qu'elle voulait se suicider parce qu'elle avait a priori tué son enfant", a expliqué à l'AFP le procureur de la République de Soissons, Julien Morino-Ros.

La mort remonterait à plusieurs jours

Appelés à 8h35, les sapeurs-pompiers ont découvert l'enfant dans sa chambre et rapidement "compris qu'il n'y avait plus rien à faire" pour la ranimer. "C'est le médecin du Smur qui a déclaré le décès", a indiqué à l'AFP une porte-parole des pompiers de l'Aisne.

La mort de la petite fille, âgée d'environ "10 ou 11 ans", "remonterait à plusieurs jours, mais on ne sait pas exactement quand à ce stade", a poursuivi le procureur. "Une autopsie et des examens sanguins" doivent permettre de déterminer les causes du décès.

La mère "se trouve toujours à l'hôpital et n'a pas encore pu être entendue". Son pronostic vital n'est pas engagé mais "son état psychiatrique reste à évaluer", a dit M. Morino-Ros, précisant qu'elle n'avait à ce stade "pas donné d'explications sur le pourquoi" de son geste.

La police judiciaire a été saisie. A ce stade, l'enquête de voisinage "n'a pas permis d'apporter d'éléments particuliers", a-t-il ajouté. La justice ne dispose pas non plus "d'éléments sur la paternité de l'enfant, mais il n'y avait pas de père présent au domicile".

https://twitter.com/Hugo_Septier Hugo Septier avec AFP Journaliste BFMTV