BFMTV

Affaire Penelope Fillon: ce que l'on sait de l'enquête 

François et Penelope Fillon ont été auditionnés, leurs enfants pourront également être entendus.

François et Penelope Fillon ont été auditionnés, leurs enfants pourront également être entendus. - Alain Jocard - AFP

Face aux soupçons d'emplois fictifs qui pèsent sur Penelope Fillon, et désormais deux de ses enfants, la justice a déjà recueilli de nombreux éléments dans cette affaire qui met à mal la candidature à l'Elysée du représentant de la droite.

Les enquêteurs n'ont pas trainé. Révélée dans les colonnes du Canard enchaîné du 25 janvier, l'affaire Fillon a pris immédiatement un tournant judiciaire avec l'ouverture d'une enquête préliminaire par le parquet national financier pour "détournement de fonds publics", "abus de biens sociaux" et recel de ces délits. Confiées à l'Office central de lutte contre la corruption et les infractions fiscales et financières (Oclciff), les investigations ne sont pas terminées. "Je n'ai jamais vu une enquête menée avec autant de célérité", confiait à BFMTV un ancien enquêteur de la brigade financière.

> De quoi est soupçonné le couple Fillon?

Les premières révélations du Canard enchaîné évoquaient 500.000 euros. Une semaine plus tard, la somme grimpait à plus de 830.000 euros. Penelope Fillon est soupçonnée d'avoir été employée près de 10 ans par son mari puis par le suppléant de ce dernier comme assistante parlementaire. Un emploi présumé fictif puisque peu sont ceux à l'avoir vu à l'Assemblée nationale ou dans la circonscription de la Sarthe. Son salaire - jusqu'à 10.167 euros brut - ne correspond pas non plus à la rémunération habituelle des collaborateurs parlementaires.

Par ailleurs, elle est également suspectée d'avoir été salariée de la Revue des deux mondes, et d'avoir gagné 5.000 euros brut par mois, pour deux notes de lecture et des activités de conseil. Cette revue appartient à Marc Ladreit de Lacharrière, un ami de François Fillon.

Depuis jeudi, le parquet national financier a demandé à ce que l'enquête soit étendue aux activités de deux des enfants de François Fillon lorsque celui-ci était sénateur. Pour apparaître transparent, l'ancien premier ministre a déclaré avoir embauché ses deux aînés pour des missions précises au Sénat pour leurs qualités d'avocat. Sauf qu'à l'époque Marie et Charles Fillon étaient encore seulement des étudiants en droit.

> De quels éléments matériels disposent les enquêteurs?

Au lendemain de l'ouverture de l'enquête préliminaire, l'avocat de François Fillon, Antonin Lévy est venu apporter à la justice des documents qui tendraient à prouver la véracité de l'emploi occupé par Penelope Fillon à l'Assemblée nationale. Les enquêteurs de l'Oclciff se sont également rendus au Palais Bourbon pour tenter de récolter de nouvelles preuves comme les fiches de paie de Penelope Fillon notamment quand elle collaborait avec Marc Joulaud, le suppléant de François Fillon.

Sur place, ils ont constaté que l'épouse du député de Paris n'avait jamais eu de badge de l'Assemblée, ni de boîte mail. Un contrat de travail a bien été découvert. Signé de la main de Penelope Fillon, le document comporte deux mentions manuscrites. L'une d'elle composée de l'adresse du RPR (depuis l'UMP et Les Républicains) est sensée préciser le lieu de travail de l'assistante.

> Quels témoins ont été entendus?

Dès que la justice a annoncé s'intéresser à l'emploi, présumé, fictif de Penelope Fillon, son époux avait déclaré être à la disposition des enquêteurs pour être entendu. François et Penelope Fillon ont été auditionnés séparément lundi à Versailles. Devant les policiers, cette dernière a expliqué ne pas se souvenir si elle avait signé ou non des contrats de travail et que sa rémunération était fixée par son mari.

Mercredi, c'était au tour de Marc Joulaud, l'ancien suppléant de François Fillon dans la Sarthe d'être interrogé. Idem jeudi pour deux collaboratrices de l'ancien Premier ministre, Sylvie Fourmont, sa secrétaire particulière, et Anne Faguer, son assistante parlementaire. Ce vendredi, d'autres proches sont également convoqués.

La semaine prochaine, les auditions des deux enfants du couple Fillon sont très attendues.

> Quelle défense pour le clan Fillon?

Oui, Penelope Fillon a bien été l'assistante de son mari puis du suppléant de ce dernier quand il était député de la Sarthe. Le clan Fillon ne se cache pas de cette réalité. Sur TF1, François Fillon expliquait que sa femme a "toujours" travaillé à ses côtés. Mais depuis la publication des premières révélations, des anciennes déclarations de Penelope Fillon resurgissent.

En 2007, interrogée par un quotidien britannique, elle assurait qu'elle "n'a jamais été l'assistante de son mari, ni quoi que ce soit dans ce genre". En octobre 2016, au Bien Public, elle expliquait ne s'être "jamais impliquée dans la vie politique" de son mari. Ce dernier a parlé de phrases mal interprété, son avocat de "phrases sorties de leur contexte". 

> Quel calendrier judiciaire?

A trois mois de l'échéance présidentielle, ces révélations tombent mal pour le candidat François Fillon. La justice semble tenir compte de ce calendrier avec une enquête menée très rapidement. "Elle pourrait être terminée d'ici quelques semaines", estime Cécile Danré, journaliste au service police-justice de BFMTV. François Fillon a lui demandé un délais de 15 jours aux élus Les Républicains.

Une fois les investigations terminées, trois solutions vont s'offrir au parquet national financier. Il peut décider de classer l'enquête sans suite, de saisir un juge d'instruction et d'ouvrir une information judiciaire ou de renvoyer un ou plusieurs protagonistes devant un tribunal correctionnel.

Justine Chevalier