BFMTV

Affaire Fillon: contradictions et détails troublants, ce que révèlent les procès-verbaux

Note mystérieuse, "éléments de langage", organigramme, témoignages... Le Journal du Dimanche révèle le contenu des procès-verbaux du dossier François Fillon, soupçonné d'avoir embauché fictivement son épouse. Les deux sont mis en examen pour "recel d'abus de biens sociaux".

Contradictions et détails troublants se multiplient dans le dossier Fillon. Face au juge, la semaine dernière, l’ex-candidat à l’élection présidentielle est revenu sur sa relation de travail avec son épouse. Cette dernière est soupçonnée d'avoir occupé un emploi fictif d'assistante parlementaire, pour François Fillon comme pour son suppléant. 

"Le mode de fonctionnement de mon épouse dans l’équipe était pour l’essentiel oral", lui a-t-il dit selon le JDD, qui révèle ce dimanche le contenu de procès-verbaux dans l'affaire Fillon.

Pourtant, lors d’un interrogatoire le 29 mai dernier, il avait évoqué des "rapports écrits" sur différents sujets. L'ancien Premier ministre précisait que lesdits "rapports" n'avaient pas été conservés car ses archives parlementaires avaient été détruites.

Une trentaine de cartons ont tout de même été retrouvés, mais malgré plusieurs perquisitions au domicile parisien du couple, à leur manoir dans la Sarthe, à la mairie de Sablé et à l'Assemblée, aucun document prouvant une activité d'assistance parlementaire de Penelope Fillon n'a pu être trouvé.

Des "éléments de langage" pour justifier son emploi à la Revue des deux mondes

Les enquêteurs ont par contre déniché une note troublante dans son ordinateur. Intitulée "Pour Penny", elle aurait été écrite par la secrétaire de son mari: on y trouve une liste des emplois occupés par Penelope Fillon, rédigée à la première personne: "Juin 1997. Je commence à travailler en étant rémunérée par François, jusque-là c'était de façon informelle", ce qu'a par la suite contredit le tableau de ses rémunérations publié par le candidat en février

Penelope Fillon l’assure, elle n’a pas souvenir de cette note ni de celles, retrouvées au domicile du couple, qui contenait des "éléments de langage" pour justifier de son emploi de conseillère littéraire à la Revue des deux mondes, dans un exemplaire de cette même revue.

"Cet exemplaire était bien dans notre bibliothèque, mais je ne l’ai pas ouvert et je n’ai pas vu qu’il y avait des notes à l’intérieur", s'est-elle justifiée selon le JDD.

Absente de l'organigramme de la "sphère" Fillon

D'après l'hebdomadaire, le dossier judiciaire rassemble plusieurs témoignages (d'élus sarthois, de fonctionnaires, de journalistes de la presse locale) qui mettent en doute l’activité de Penelope Fillon auprès de son mari. Seuls quelques collaborateurs proches ont affirmé aux enquêteurs que son statut d'assistante était connu; d'autres avaient entendu de l'ex-ministre qu'elle était "d'une aide précieuse mais sans précision"; d'autres encore ont affirmé ne s'en être jamais doutés. Elle n'apparaissait pas non plus sur un document intitulé "Organisation sphère François Fillon", saisi à l'Assemblée, que le Premier ministre date avant qu'elle n'ait commencé à travailler pour lui. 

Elle est poursuivie pour "complicité et recel d’abus de biens sociaux". François Fillon, a été mis en examen le 14 mars 2017, pour "détournement de fonds publics" et "recel d’abus de biens sociaux", dans l’affaire des emplois contestés de son épouse.

L.A., avec Adélaïde Mangin