BFMTV
en direct

Emplois fictifs: l'avocat de François Fillon dénonce un "traitement d'exception"

L'ancien Premier ministre François Fillon, au tribunal de Paris, le 29 juin 2020

L'ancien Premier ministre François Fillon, au tribunal de Paris, le 29 juin 2020 - Thomas SAMSON © 2019 AFP

Après plusieurs mois de procès, le tribunal correctionnel a reconnu François et Pénélope Fillon coupables de détournement de fonds publics. Le couple a fait appel de sa condamnation.

Penelope Fillon a été "profondément meurtrie par les remarques, les insultes", témoigne Me Antonin Lévy

Me Antonin Lévy dénonce la "violence de la procédure" à l’encontre de Penelope Fillon. "Dans ce jugement, on reproche que Pénélope Fillon n’ait pas démontré son innocence", explique sur BFMTV Me Antonin Lévy, avocat de François Fillon.

"Or, on a vu à quel point il est difficile d’apprécier la réalité du travail d’un collaborateur parlementaire en général. Et en matière pénale, le doute doit profiter à l’accusé, il ne lui appartient donc pas de démontrer son innocence", insiste le conseil qui souligne la "violence de la procédure" qui a été menée à l'encontre de Penelope Fillon. "Cette affaire l’a poussée à détester son propre prénom qui était le reflet de ce scandale" un temps surnommé "Penelope Gate", affirme-t-il. Et d'ajouter:

"Elle a été profondément meurtrie par les remarques, les insultes. Elle était presque confinée chez elle depuis 2017."

Me Antonin Lévy déplore un "traitement d'exception"

Antonin Lévy est notamment revenu sur les déclaration de l'ancienne cheffe du Parquet national financier concernant l'instruction de l'affaire Fillon. La magistrate a affirmé le 10 juin avoir subi un "contrôle très étroit" et des "pressions" de la part de parquet général.

Selon lui, ces annonces démontreraient des investigations menées à charge contre le couple Fillon. "Vous savez la place qu'on y a accordé dans ce jugement? Pas une ligne, pas un mot. On constate que le jugement a été rédigé avant les déclarations de Mme Houlette, et tout ce qui s'est passé ces derniers jours en est absent", dénonce Me Lévy qui déplore un traitement d'exception.

"Les hommes politiques ne sont pas au-dessus des lois, mais ils n'ont pas moins de droits que les autres", insiste-t-il.

"L'obus a frappé droit au but", l'avocat de François Fillon réagit à la condamnation de son client

Invité ce lundi soir sur le plateau de BFMTV, Me Antonin Lévy a tancé une "décision sévère" rendue en début d'après-midi par le tribunal correctionnel de Paris.

Les juges ont pointé les "manquements" de l'ex-Premier ministre à ses devoirs de "probité" et d'"exemplarité" et l'ont condamné à 5 ans de prison dont 2 ans ferme. "L'obus a frappé droit au but", commente l'avocat avant d'ajouter: "François Fillon n’a eu qu’un seul mot: 'Faites appel'."

Le procès en appel n'aura pas lieu avant au moins un an

En raison du Covid-19, les délais d'audiencement sont rallongés et cela affectera l'appel formé par les époux Fillon. Leur nouveau procès ne devrait pas avoir lieu avant un an.

"Fillon était déjà condamné", comment Bruno Retailleau

Le président du groupe Les Républicains au Sénat a réagi à la condamnation des époux Fillon :

Plus d'un million d'euros détournés du Parlement, selon le tribunal

Le tribunal correctionnel de Paris a jugé fictifs les emplois de Pénélope Fillon comme assistante parlementaire de son époux et du suppléant de ce dernier, Marc Joulaud, et la plupart des emplois d'assistants des enfants Fillon auprès de leur père sénateur.

Au total, les fonds publics issus de l'Assemblée et du Sénat détournés au titre des contrats de Pénélope Fillon et des enfants du couple s'élèvent, selon le tribunal, à près de 1.156.000 euros.

Le couple Fillon fait appel de sa condamnation

Dans la foulée de leur condamnation par le tribunal correctionnel, les avocats de François et Pénélope Filllon ont fait part de leur décision de faire appel. L'avocat de Pénélope Fillon, Pierre Cornut-Gentille, a qualifié la décision du tribunal d'"extrêmement sévère. Le tribunal a considéré qu'il avait le pouvoir de s'immiscer dans la vie parlementaire, c'est pour nous une atteinte à la séparation des pouvoirs. Cette seule raison nous conduit à faire appel", a-t-il commenté au sortir de l'audience. 

 Et l'avocat de François Fillon, Me Antonin Lévy, d'ajouter: 

Cette décision n'est pas juste. Il y aura un nouveau procès, cela est nécessaire au vu des conditions ubuesques dans lesquelles s'est déroulée l'enquête et des conditions surprenantes dans lesquelles les investigations ont été conduites. Nous allons nous retrouver en appel face au parquet général. Après les instructions individuelles qui n'ont jamais été versées au dossier,  les rapports fantômes qui n'ont jamais été communiqués,  les réunions d'arrière boutiques auxquelles la défense n'a jamais été conviée, peut-être pourrons nous enfin avoir un débat complet et serein et permettre enfin à la justice d'être rendue."

Pénélope Fillon condamnée à 3 ans de prison avec sursis et 375.000 euros d'amende

L'épouse de l'ancien Premier ministre écope d'une peine de 3 ans de prison avec sursis, de 375.000 euros d'amende et à 2 ans d'inéligibilité.

Marc Joulaud est quant à lui condamné à 3 ans de prison avec sursis assorti d'une amende de 20.000 euros.

Les trois prévenus sont condamnés à rembourser plus d'un million d'euros à l'Assemblée nationale.

François Fillon condamné à 2 ans de prison ferme et 375.000 euros d'amende

L'ancien Premier ministre a été condamné à 5 ans de prison dont 3 avec sursis, par le tribunal correctionnel. Il écope également d'une peine de 10 ans d'inéligibilité et d'une amende 375.000 euros.

Les rémunérations perçues par Pénélope Fillon jugées "sans proportion" avec ses activités

La présidente du tribunal a déclaré que les rémunérations perçues par Pénélope Fillon étaient "sans proportion" avec ses activités qui restent encore très difficiles à définir.

François et Pénélope Fillon reconnus coupables

Le tribunal correctionnel de Paris a reconnu François Fillon coupable de détournement de fonds publics et Pénélope Fillon coupable de complicité et recel de détournement de fonds publics dans l'affaire des soupçons d'emplois fictifs.

Le troisième mis en cause, Marc Joulaud, ancien suppléant de François Fillon, est également déclaré coupable. Pour l'heure, le détail de leurs peines n'est pas encore connu.

Pour le tribunal, les contrats d'assistante parlementaire de Penelope Fillon auprès de son mari, puis de Marc Joulaud, entre 1998 et 2013, n'avaient "aucune consistance" et ne répondaient à "aucun besoin".

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV