BFMTV

Affaire des "écoutes": nommé ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti retire sa plainte contre X

Eric Dupond-Moretti pose pour l'AFP à Paris le 29 janvier 2015

Eric Dupond-Moretti pose pour l'AFP à Paris le 29 janvier 2015 - Joël SAGET © 2019 AFP

L'avocat avait déposé plainte fin juin après avoir appris que ses factures téléphoniques détaillées avaient été épluchées à son insu dans le cadre d'une enquête polémique du PNF.

Fraîchement nommé garde des Sceaux, Éric Dupond-Moretti a mis fin à une bataille judiciaire qu’il avait engagée peu de temps avant sa nomination au gouvernement. Lundi soir, l’entourage du président de la République a annoncé à BFMTV que l’avocat avait retiré sa plainte déposée fin juin contre X pour "violation de l'intimité de la vie privée et du secret des correspondances" et "abus d'autorité".

Ce recours judiciaire avait été enclenché à la suite de la révélation de l’enquête polémique du parquet national financier (PNF), ouverte en marge de l'affaire des "écoutes" qui impliquait Nicolas Sarkozy. Plusieurs magistrats et avocats ont ainsi découvert que leurs factures téléphoniques détaillées ("fadettes") avaient été épluchées à leur insu pour tenter d'identifier la "taupe" qui aurait pu informer Nicolas Sarkozy et son avocat Thierry Herzog qu'ils étaient sur écoute dans une affaire de corruption.

Inquiétudes chez les magistrats

"Des méthodes de barbouzes!", s'était alors emporté Eric Dupond-Moretti en découvrant cette enquête tenue secrète durant plusieurs années avant d’être révélée par l’hebdomadaire Le Point.

La nomination d’Éric Dupond-Moretti - souvent virulent à l'égard des magistrats - au poste de ministre de la Justice ne réjouit pas dans les rangs de la magistrature. L'USM - syndicat majoritaire chez les magistrats - parle même d'une "déclaration de guerre".

"On s'interroge un peu par rapport à ses dernières déclarations sur le PNF et sur certains magistrats", a ainsi commenté Lucille Rouet, secrétaire nationale du Syndicat de la magistrature. Le retrait de la plainte de Dupond-Moretti pourrait être une première main tendue pour apaiser les tensions.

Ambre Lepoivre Journaliste BFMTV