BFMTV

Accident de Schumacher: l'enquête classée sans suite

L'enquête, ouverte après la chute de Michael Schumacher, a été classée sans suite.

L'enquête, ouverte après la chute de Michael Schumacher, a été classée sans suite. - -

"Aucune infraction n'a été relevée à l'égard de quiconque", estime le procureur d'Albertville qui a décidé de classer sans suite l'enquête pénale sur les causes et les circonstances de l’accident de ski de Michael Schumacher.

La procédure d'enquête, ouverte le 29 décembre dernier sur les causes et les circonstances de l'accident de ski de Michael Schumacher survenu à Méribel (Savoie) a été classée sans suite, a annoncé ce lundi le procureur de la République d'Albertville.

"Aucune infraction n'a été relevée à l'égard de quiconque. L'accident s'est produit en zone hors piste", a souligné Patrick Quincy dans un communiqué, soulignant que "la signalisation, le balisage, le jalonnement et l'information donnée sur les limites de cette piste étaient conformes aux normes françaises en vigueur".

Schumacher toujours en phase de réveil

Agé de 45 ans, le pilote allemand, hospitalisé en soins intensifs à Grenoble, "se trouve toujours dans une phase de réveil", consistant à diminuer les sédatifs qui lui sont administrés.

Cette phase de réveil avait été annoncée le 30 janvier, un mois après la chute de l'ancien champion allemand de Formule 1, qui avait été plongé dans un coma artificiel à l'hôpital de Grenoble.

Le 29 décembre, Michael Schumacher avait violemment heurté un rocher de la tête, en skiant en compagnie de son fils et d'un groupe d'amis à Méribel. Il avait été hospitalisé pour des lésions crâniennes "diffuses et sérieuses".

Selon le communiqué du parquet, le rocher qui a provoqué sa chute et celui qu'il a heurté de la tête "sont distants de 10,40 mètres l'un de l'autre et sont respectivement situés à 4,50 mètres de la limite de la piste rouge Chamois non loin de laquelle il évoluait".

Cette décision du parquet n'empêche toutefois pas la famille Schumacher d'engager d'éventuelles poursuites au civil.

S. D. avec AFP