BFMTV

A la frontière franco-belge, les douaniers multiplient les contrôles de transport de tabac

Avec la reprise du trafic automobile entre la France et la Belgique, les douaniers redoublent de vigilance pour s'assurer du respect des quantités de tabac transportées par les Nordistes.

Avec la réouverture de la frontière lundi dernier, le trafic automobile a repris entre la France et la Belgique dans le Nord de la France. Outre les travailleurs transfrontaliers, les Nordistes sont nombreux à se rendre chez leurs voisins belges pour acheter des cigarettes et du tabac à rouler à moindre prix.

Depuis quelques jours, les douaniers du poste de frontière de Saint-Aybert, dans le Nord, multiplient donc les contrôles dans les véhicules de particuliers pour s'assurer que les quantités maximales de tabac pouvant être transportées sont bien respectées.

Les saisies en augmentation

Pour rappel, il est possible de ramener de Belgique quatre cartouches de cigarettes et un kilo de tabac à rouler par personne. Des seuils pas toujours connus... ni respectés. D'où l'importance de multiplier les contrôles, selon selon le directeur des douanes de Lille, Simon Decressac:

"On a voulu rappeler l'existence de règles en matière de circulation des marchandises, explique-t-il à BFM Grand Lille. Le tabac est une de nos priorités. Il y a des enjeux importants en termes financiers et de santé publique.

“Nous avons voulu dire ‘Attention, les frontières rouvrent, mais restons calmes malgré tout”, ajoute Simon Decressac.

Depuis la réouverture de la frontière franco-belge, les saisies ont logiquement augmenté. Mardi, 60 kilos de tabac ont par exemple été retrouvés dans un seul et même véhicule. Pendant le confinemen et malgré la fermeture quasi-totale de la frontière entre la Belgique et la France et une baisse de 85% à 90% du trafic, 1,6 tonnes de tabac et cigarettes ont tout de même été saisis.

Juliette Mitoyen Journaliste BFM Régions