BFMTV

A Blagnac, un véhicule fonce sur un groupe de personnes devant un lycée

Trois personnes ont été blessées dans la collision, qui s'est produite devant une école de commerce à Blagnac. Leurs pronostics vitaux ne sont pas engagés. Le conducteur, interpellé sans difficulté, a admis les avoir fauchées volontairement. Connu pour des faits de droit commun, il souffre d'antécédents psychiatriques lourds.

Peu avant 16h ce vendredi, un véhicule a foncé délibérément sur un groupe de personnes devant une école de commerce à Blagnac (Haute-Garonne), près de Toulouse. 

Trois étudiants chinois ont été blessés dans la collision. Selon le Centre opérationnel départemental d'incendie et de secours (CODIS) de Haute-Garonne, un homme de 23 ans et une femme de 22 ans ont été légèrement blessés. Une femme de 23 ans l'est plus grièvement. Ils ont été transférés à l'hôpital Purpan à Toulouse. Deux personnes restent hospitalisées pour le moment. L'une souffre d'un traumatisme thoracique et d'une blessure à une jambe, l'autre d'un traumatisme crânien.

Le conducteur interpellé sans difficulté

"A 15h54, un homme au volant d’un véhicule Clio aurait foncé délibérément sur trois personnes qui se trouvaient sur le passage piéton", a déclaré sur BFMTV le procureur de la République de Toulouse Pierre-Yves Couilleau.

"Il a été immédiatement interpellé", a-t-il précisé, ajoutant que le conducteur "aurait fait état de ce que son acte était motivé par une volonté de foncer sur des personnes, qu’il avait mûrie depuis à peu près un mois selon ses déclarations". 

La collision a eu lieu à Blagnac, près de Toulouse.
La collision a eu lieu à Blagnac, près de Toulouse. © Capture BFMTV

Il respectait ses obligations de soin

Le conducteur, né en 1989, est connu pour des faits de droit commun, notamment en rapport avec les stupéfiants selon nos informations, mais n'est pas fiché S. Il a été interpellé sans difficulté. 

Selon ses propos, rapportés par le procureur, il aurait été condamné "une dizaine de fois" et "ferait l’objet actuellement d’un suivi dans le cadre de condamnations à des sursis et mises à l'épreuve". Diagnostiqué schizophrène, il avait été placé dans une unité psychiatrique. Le suivi auquel il était astreint comporterait des obligations de soins, "qu'il respectait", a poursuivi Pierre-Yves Couilleau. L'individu interpellé, célibataire et sans enfant, vivait chez sa mère à Blagnac

Le service régional de la police judiciaire de Toulouse a été chargé de l'enquête de flagrance du chef de "tentative d'assassinat".

L.A. et R.V., avec Cécile Ollivier et AFP