Depuis qu'on a constaté un grave chamboulement climatique, la vague des convaincus s’est accompagnée de climato-sceptiques. Le GIEC, groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat a été créé sous l’égide de l’ONU, dans le but d’apporter des bilans et études complètes sur le réchauffement climatique. Dans cet épisode, Fanny Agostini nous explique le fonctionnement de ce groupe de travail et dans quelles mesures leur bilan est important pour les décisions gouvernementales à propos du climat.

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Google-115419999660662472406
    Google-115419999660662472406     

    et donc le scientifique rigoureux quand il regarde les rapports du GIEC, il voit tout un tas de modèles mathématiques/physiques/informatiques pour prévoir et expliquer le climat, et puisqu'il sait qu'il suffit de modifier 2 constantes pour changer drastiquement les résultats, constantes qui ont été fixées a priori pour que le modèle en question "colle" aux données climatiques passées, le scientifique se pose la question : il y a-t-il des validations a posteriori de ces modèles ? et pour le moment la réponse est non, les modèles du GIEC se plantent la plupart du temps, et c'est bien normal sachant à quel point la modélisation du climat est compliquée. le souci c'est que le GIEC utilise ces mêmes modèles pour "prouver" que le CO2 émis par l'homme est le principal responsable du réchauffement de 0.5°C observé depuis un siècle (sachant en plus que les données d'avant 1985 sont très largement estimées et sont d'un fiabilité très variable) ce qui n'a absolument rien de rigoureux scientifiquement et qui amène toute personne qui a un minimum de connaissances dans le domaine de la modélisation informatique de phénomènes complexes à douter de la validité des conclusions du GIEC notamment de ses prévisions. ainsi, le réchauffement climatique reste un sujet de recherche largement ouvert, pour lequel la simple question de "la cause principale" demeure sans réponse satisfaisante, même si tout le monde admet que le réchauffement est avéré et que l'émission humaine de CO2 n'est sûrement pas un facteur de refroidissement.
    évidemment, puisque aucune autre cause évidente du réchauffement n'a été trouvée, il est tentant de chercher dans les facteurs anthropiques la cause principale, mais déjà ces facteurs sont multiples, et ensuite cela impose la plus grande prudence lorsqu'il s'agit d'affirmer ou non que l'on comprend le climat et les facteurs principaux de son évolution....

  • charlie 80
    charlie 80     

    Peut-on croire le GIEC ?
    NON !

    Sa mission initiale posant le réchauffement comme un dogme et ne cherchant aucune autre explication. Je ne peux donc croire des gens qui disent " on vous le dit et puis c'est tout, circulez, il n'y a rien a voir"! le vers est dans l'objet même de sa création !

  • lesrobins
    lesrobins     

    C'est bizarre, les commentaires disparaissent ...

  • lesrobins
    lesrobins     

    Peut-on croire Fanny AGOSTINI ?

  • lesrobins
    lesrobins     

    Fanny a dit que les journalistes ne sont pas légitimes pour donner leur avis sur les questions scientifiques. Ok !
    Elle est impayable, elle ajoute tant de confusion et de contradictions qu'on a pas finit d'en rire dans les chaumières. Merci !

  • jipebe29
    jipebe29     

    Si un Républicain US n'a pas de légitimité pour parler du climat, quelle est celle des médias, de nos politiques, de Nicolas Hulot, qui ne cessent de nous bassiner avec de la propagande en faveur des thèses du GIEC/IPCC?

  • jipebe29
    jipebe29     

    Peut-on croire le GIEC? Sûrement pas le résumé pour les décideurs, qui n'est pas un rapport scientifique, mais un document "politique", mis au point par les représentants des gouvernements, donc des fonctionnaires et des diplomates. Dans le rapport scientifique AR5, on trouve que la part anthropique des émissions de CO2 n’est que de 3,8% (selon la figure 6.1 page 471), mais cette information capitale est absente du résumé pour les décideurs… Bizarre, non ?

  • jipebe29
    jipebe29     

    Il y a plus de 200 publications scientifiques dans des revues à comité de lecture qui réfutent les thèses du GIEC, par exemple celles de Ole Humlum, de François Gervais, de Marcel Leroux, de Gerlich et Tscheuschner, de Scafetta, de Shaviv, de Pielke, ....et de bien d'autres..., tous légitimes.

    Evidemment, Fanny Agostini n'en pipe mot.... Curieux, non? Ferait-elle de la propagande GIECquienne?

Votre réponse
Postez un commentaire