Mis à jour le
Un marin-pêcheur sur un navire français, en 2008 en Ecosse.
 

L'Ifremer se veut plus prudent que l'année dernière sur la durabilité des espèces en eaux profondes, traquées par les chalutiers. Une première, à quinze jours d'un vote au Parlement européen.

A lire aussi

Votre opinion

Postez un commentaire