Mis à jour le
La capsule Mars Research Station dans le désert de l'Utah, en 2005.
 

Samedi 20 février, six étudiants de l'école d'ingénieurs toulousaine ISAE-Supaero vont embarquer pour une simulation de vie martienne. Avant son départ pour le désert de l'Utah, l'un des futurs néo-martiens explique à BFMTV.com en quoi consiste cette aventure.

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • Salam_A_icloude
    Salam_A_icloude     

    Yo,

    jamais je dis bien JAMAIS un homme ne mettre le pied sur Mars !

    On sait pertinemment que les cosmonautes vieillissent prématurément et sont "bizarrement" malades après 6 mois (jamais un être humain n'est rester + longtemps) non soumis à la gravité de la Terre (gravité 9,8 m/s²) ....

    Alors un voyage de plusieurs mois puis le reste de sa vie sur Mars (gravité 3,7 m/s²) LoooL , non tout ça ça sera bien pour faire une émission voir un truc à la secret story ... pfff pauvre monde bientôt surpeuplé.

    ps: gravité de la Lune 1,6 m/s²

    Zero de conduite
    Zero de conduite      (réponse à Salam_A_icloude)

    Rien de bizarre: Les effets de la microgravité et des radiations sur le corps humain sont connus. Le cosmonaute Valeri Polyakov est resté 437 jours dans l'espace, c'est faisable mais ca a un prix. L'experience relatée ici consiste surtout a tester des aspects pratiques et technologique. Personnellement je pense qu'envoyer des hommes sur Mars est absurdement compliqué. Des missions automatiques utilisant des robots et de l'intelligence artificielle me semblent beaucoup plus probables technologiquement et financièrement.

    Penn ar bed
    Penn ar bed      (réponse à Salam_A_icloude)

    quelques illuminés avaient dit quelque chose d' équivalent pour la lune !

Votre réponse
Postez un commentaire