× BFMTV
Découvrez l'application
BFMTV
INSTALLER
La calotte glaciaire du Groenland en mars 2016
 

Le trou de la couche d'ozone diminue, et même plus vite que prévu, annonce une étude scientifique américaine publiée dans la revue Science. Pourtant, le problème n'est pas encore réglé. Explications avec un spécialiste.

Votre opinion

Postez un commentaire

1 opinion
  • wpjo
    wpjo     

    Je me rappelle cette discussion qui dans les années 1970 faisait rage dans les revues scientifiques. Et je me rappelle aussi un argument d'un dissident scientifique qui s'étonnait que ce gaz puisse être responsable du trou d'ozone. Dans une revue scientifique de haute qualité (et pas un article de vulgarisation genre Figaro ou Science & Vie), il argumentait que les fréons ont une masse atomique entre 80 pour les plus légers et 180 (halon) pour les plus lourds. Or, même le gaz Br2 avec une masse de 160, stagne au fond d'un verre d'eau et comme ce gaz est coloré, le phénomène est bien connu, même parmi les lycéens ! Alors, comment un gaz qui stagne au sol, peut-il s'élever à 30 km d'hauteur pour y attaquer la couche d'ozone ? Je n'ai jamais entendu le moindre explication dans ce sens. Et enfin, nos frigos européens n'utilisent plus les fréons mais les autres, SI !

Votre réponse
Postez un commentaire