L'EM Drive adopte une forme conique pour générer une poussée. Il est en cuivre.
 

Sur le papier, ce système de propulsion ne devrait pas fonctionner. Après la Nasa, d'autres scientifiques confirment qu'il produit bien une poussée. Mais attention à ne pas s'emballer, les sceptiques restent nombreux.

Votre opinion

Postez un commentaire

4 opinions
  • 109600
    109600     

    Comme sur la photo, j'ai le même ustensile en cuivre à la maison. Il fonctionne parfaitement et cuit parfaitement les confitures.

  • 109600
    109600     

    On peut le tester avec Hollande dedans?

  • Google-118310513241925534588
    Google-118310513241925534588     

    Merci de couvrir ce sujet.
    L'Emdrive n'utilise pas de masse à éjecter, mais utilise de l'énergie pour générer les microondes.
    Contrairement aux mythe qui circulent on est loin d'un warpdrive (l'histoire démare d'un test rapide de White quand à une variation de la vitesse de la lumière dans une cavité).
    dans le même style les annonce de Mars en 60 jours sont une extrapolation douteuse (dans les deux sens, mieux ou pire).

    Le domaine est riche et l'information assez mal diffusée, entre rêveurs enthousiastes et gardiens de la pensée .

    Il y a pas mal de réplications, mais fort étrangement les entreprises privées gardent leurs détails plutot secrets.

    Un brevet de Shayer vient de sortir GB2537119 et décrit un EmDrive à cavité superconductrice, mais aussi avec un système d'asservissement en fréquence du VCO pour s'assurer d'une résonance optimale...
    Les performances prétendues par Shawyer (société SPR), et par quelques réplicateurs, sont bien au delà de celle de Harold White à Eagleworks. Un point clé est la qualité de la cavité et l'asservissement en fréquence. Un travail d'ingénieur, et Shawyer est un ingénieur. La mauvaise performance de la cavité à Eagleworks est imputable logiquement à un manque de maturité technologique.

    L'équipe chinoise de Yang Juan a répliqué l'expérience, même si on lui attribue aussi un échec.
    Fetta (société Cannae) , dont la théorie semble réfuté par Paul March (co autheur avec White) il y a quelque années (ca marchait trop bien), prépare un démonstrateur spatial. à creuser.

    Un point qui me chagine profondément dans l'approche scientifique actuelle est que l'on discute (pas vous heureusement) de théorie et pas des conditions expérimentales.
    Une approche courante est de refuser de considérer ces expériences parce qu'un interprétation usuelle de la théorie rend le résultat impossible.
    Une autre qui m'énerve autant est quand un enthousiaste nous vend sa théorie du jour comme justification suffisante de la qualité des expériences.
    Une synthèse étant ces critiques (méritées) de la théorie du jour des enthousiaste utilisé pour justifier d'ignorer les expérience, dont personne ne discute en fait, parce que cela demande trop de compétence en méchanique et en technologie de laboratoire.

    Coté théorie je suis Mickael McCulloch auteur de la théorie de l'inertie quantifiée MiHsC (Modified inertia by Hubble-scale Casimir effect), que je trouve assez convainquant.
    Il sait pointer du doit l'échec de la théorie actuelle de la gravité, qui invente un paramètre ad-hoc infiniment réglable, la matière et l'énergie noire, pour tenter de cacher son échec à expliquer 97% de l'univers.
    Il a notamment un article sur dragonfly 44, une galaxie dont on ne sait explique la vitesse de rotation en périphérie qu'avec plus de 99.9% de matière ad-hoc.

    Sa théorie explique de façon préliminaire non seulement l'EmDrive, mais aussi des anomalies de vitesse de sonde (Voyager, ...) et des galaxie naines, et même l'expansion... avec des ajustement de l'ordre du x2, ce qui est nettement mieux que le x30/x1000 de la cosmologie actuelle.

    La théorie de Shawyer utilise des arguments relativistes couplé avec l'idée que la vitesse de la lumière déterminant le spropriété du photon est celle de la circulation de l'information pour le photon (vitesse de groupe)... Je reste sceptique mais les calculs ne semblent pas a coté de la plaque.
    La théorie du plasma quantique de la nasa (QV) semble réfuté par l'expérience citée.
    Fetta a été réfuté par une expérience précédente dela même équipe (une poussée était observée malgré l'absence d'un facteur clé selon la théori de Fetta, mais restait compatible avec Shawyer et McCulloch).

    Ca reste une histoire de théorie, et comme je le disait plus avant il est essentiel de travailler sérieusement à la partie expérimentale.
    Par contre (fruit de mes échanges avec Edmund Storms sur un autre domaine) la théorie est un facteur essentiel. En effet une théorie, une hypothèse théorique, détermine ce qu'il faudrait répliquer, et quand une expérience est une réussite ou un échec.
    Le gout pathologique pour la théorie pousse à négliger les résultats expérimentaux, mais sans théorie une expérience n'a pas de signification sauf à réfuter la théorie dominante implicite.


    Tout celà peut se révéler finalement faux, mais quand une anomalie est répliquée, même mal, je trouve plus qu'étrange que des scientifiques pleurent pour qu'on ne fasse pas de recherche sérieuse...
    Pour certains je comprend que c'est la peur de la "reputation trap" qui justifie la fuite de ces sujets trop risqués pour leur carrière.
    Mais pour d'autres je soupçonne que les budgets conséquents et les résultats sans risques de remise ne cause du budget, ne justifient un scepticisme pathologique (un déni) intéressé.

    A ce propos je conseille l'arti

  • gothmog
    gothmog     

    bien sur que oui, il y a un carburant. Les micro-ondes ne se génèrent pas toutes seules. C'est donc de l'élèctricité ici le 'carburant'

Votre réponse
Postez un commentaire