BFMTV

Winnie Harlow, mannequin atteinte de vitiligo: "Je me fous que vous me trouviez belle ou non"

Winnie Harlow

Winnie Harlow - Alberto Pizzoli / AFP

La mannequin a surmonté sa maladie et les insultes pour devenir une star des podiums. Elle raconte son parcours.

Elle est l'une des mannequins les plus en vus du moment. Winnie Harlow, 24 ans, raconte dans sa première interview française, accordée à Sept à Huit et diffusée ce dimanche soir, comment elle a réussi à surmonter les moqueries des autres pour s'affirmer sur les podiums.

"Un jour, j’ai réalisé que je me fichais de ce que les autres pensaient de moi", raconte-t-elle. "Avant, je considérais que leur opinion avait plus d'importance. Quand un tel ou tel ne me trouvait pas belle, c’est comme si je leur laissais décider de ce qu’était la beauté." Elle complète:

"Quand j’ai pris le pouvoir, que j'ai dit: 'Vous savez quoi, Je me fous que vous me trouviez belle ou non, moi je me trouve belle', mon état d’esprit a changé. Cela doit venir de soi."

"Je n'ai pas envie que l'on me plaigne"

Atteinte d'une maladie de la peau, le vitiligo, Winnie Harlow dit avoir mis du temps à comprendre sa différence: "Mon système immunitaire considère que la mélanine, qui donne sa couleur à la peau, est comme une grippe que mon corps doit combattre."

Elle se souvient: "Ma famille me trouvait normale. Pour elle, je ne me définissais pas par ma maladie. C'est le regard des autres qui m'a fait me sentir différente."

A l'école, ajoute-t-elle, la jeune femme a été la cible de "camarades de classe qui n'étaient pas très sympas": "J'ai été harcelée, injuriée. Il faut juste apprendre à être fort et à affronter ça." Et le mannequin de conclure: "Je n'ai pas envie que l'on me plaigne. Ça va, je suis contente d'être ce que je suis."

Jérôme Lachasse