BFMTV

Victoria Beckham épinglée pour son recours au chômage partiel d'une trentaine de ses employés

Victoria Beckam en décembre 2018

Victoria Beckam en décembre 2018 - Daniel Leal-Olivas - AFP

L'ex-Spice Girl devenue femme d'affaire s'est attirée les foudre de la presse britannique en ayant recours au chômage partiel pour une partie de ses salariés.

La décision de Victoria Bekcham de mettre une trentaine de ses salariés au chômage partiel - et donc de financer une partie de leur salaire avec de l'argent public - a attiré à l'ex-Spice Girl les foudres de certains tabloïds, pointant l'ampleur de sa fortune personnelle, estimée à 416 millions d'euros. et d'acerbes commentaires sur les réseaux sociaux. 

Selon le magazine Forbes, les employés de Victoria Beckham ont ainsi reçu un courrier leur expliquant qu'ils toucheraient 80% de leur salaire jusqu'à une date indéterminée. Cette période devrait durer deux mois au moins, selon le porte-parole de la femme d'affaire, cité par Forbes.

Un penthouse à 20 millions de dollars

Selon le magazine, la marque de vêtements de Victoria Beckham pourrait ainsi recevoir chaque mois 75.000 livres (environ 85.000 euros) de l'Etat, au titre du chômage partiel.

Les critiques se déchaînent d'autant plus que le couple Beckham a acquis le 20 avril dernier un luxueux appartement en penthouse à Miami pour la somme de 20 millions de dollars. 

Interrogé sur le sujet par le chroniqueur Piers Morgan dans l'émission Good Morning Britain, Oliver Dowden, le Secrétaire d'État au Numérique, à la Culture, aux Médias et au Sport a indiqué que "chaque entreprise doit se demander si elle a vraiment besoin de recourir à l'argent des contribuables, précisant que ce dispositif est destiné aux entreprises qui seraient contraintes de licencier leurs salariés".

Magali Rangin