BFMTV

Une fausse lettre ouverte de Gérard Lanvin à Emmanuel Macron est devenue virale

Gérard Lanvin en 2016.

Gérard Lanvin en 2016. - Geoffroy Van Der Hasselt - AFP

Une lettre ouverte de l'acteur adressée à Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Christophe Castaner circule depuis deux jours sur les réseaux sociaux. Il s'agit d'un faux, datant de 2013 et remis au goût du jour.

Une lettre ouverte circule depuis deux jours, très virulente à l'égard d'Emmanuel Macron, Edouard Philippe et Christophe Castaner, et attribuée à Gérard Lanvin. Très virale, elle a été partagée plus de 250.000 fois sur Facebook.

Or, Gérard Lanvin n'a jamais écrit cette lettre, comme le révèle le service de fact-checking de l'AFP. Et par ailleurs, le texte date de 2013. L'acteur s'était à l'époque dit victime d'usurpation d'identité, et avait, selon son agent, porté plainte. 

"Ces propos ne sont pas de moi"

"Je viens d'être mis au courant de l'existence d'une lettre à tendance politique, circulant sur internet (...) et signée de mon nom, avait-il alors indiqué dans un communiqué transmis à l'AFP. Ceux qui me connaissent et qui connaissent par conséquent mon indépendance politique (...) ont immédiatement compris qu'il ne s'agissait bien sûr pas de mon genre d'attitude, ni de mon style d'écriture. Je démens totalement cette possibilité et, sur mon honneur, affirme que cette lettre et ces propos ne sont pas de moi".

Le texte attribué à l'acteur et relayé sur les réseaux sociaux commence ainsi:

"Quand on vit de la naissance à la mort avec de l’argent public, comme M. Macron, Edouard P. Castaner et quelques millions d’autres, que l’on ne paie pas ou peu de cotisations sociales, qu’on bénéficie d’un système de retraite réservé à sa seule catégorie, d’un système de placement financier défiscalisé, et qu’on n’a jamais investi un euro dans une entreprise mais tout placé dans des résidences secondaires, on doit a minima avoir l’honnêteté de ne jamais prononcer le mot Égalité, ni d’exiger des autres fussent-ils devenus riches, plus de solidarité qu’on ne s’en impose à soi-même".

En 2013, la lettre visait François Hollande, Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin, et avait circulé au moment de la polémique autour de l'exil fiscal de Gérard Depardieu. C'était également l'époque de la taxe à 75% sur les très hauts revenus, instaurée par le gouvernement de François Hollande. Taxe contre laquelle Gérard Lanvin s'était également élevé, notamment sur le plateau de C à Vous.

Magali Rangin avec AFP